En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Automobile : la vente en ligne peine à séduire les acheteurs français

Malgré le fait que les constructeurs automobiles multiplient leurs efforts pour simplifier les achats de véhicules en ligne, les Français ont encore du mal à changer leurs habitudes. Ils attendront sûrement la réouverture des concessions pour passer à l’acte.

Internet

Les concessions automobiles sont fermées depuis le début du mois de novembre avec la mise en place du reconfinement. Seuls les retraits de commande permettent encore d’entrouvrir la porte. C’est la raison pour laquelle les constructeurs auto se sont lancés dans le développement du « click&collect », c’est-à-dire le fait de passer commande d’un véhicule en ligne et de venir le récupérer sur rendez-vous.

Cependant, les constructeurs se heurtent ici à un obstacle très compliqué à contourner : les besoins des Français. En effet, traditionnellement pour acheter une voiture, les tricolores ont besoin de renseignements de la part d’une personne physique et surtout de voir « réellement » le(s) véhicule(s) envisagé(s).

Comment bien acheter sa voiture neuve sur internet ?
Lire l'article

86% des acheteurs ont besoin d’un contact humain

D’après une étude commandée en octobre par le Conseil national des professions de l’automobile (CNPA), « 86% des acheteurs pensent que le contact humain en concession est important, voire très important ». Ce sentiment est d’ailleurs renforcé par le fait que les Français « visitent en moyenne 4 concessions avant de se décider, et 72% réalisent un essai ».

L’inquiétude règne donc chez les constructeurs auto en attendant une date de réouverture potentielle. Même s’ils enregistrent une hausse des visites sur leur site internet, les clients n’achètent pas et attendent sûrement de franchir les portes des concessions. Même si la digitalisation pour l’achat de véhicules neufs est en marche, pas sûr donc que les Français emboîtent le pas.