En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Renault, Peugeot et Citroën vont produire des respirateurs artificiels

Pour aider le pays à faire face à la pandémie Covid-19, les constructeurs automobiles français vont adapter leur production. Renault et PSA se lancent dans la fabrication de respirateurs artificiels.

respirateur artificiel reanimation

Face aux besoins de plus en plus grands et urgents en matière de santé publique, l’Etat veut accroître le nombre de lits dans les hôpitaux ainsi que le nombre de respirateurs pour maintenir les malades en réanimation. La société Air Liquide, seule productrice en France à l’heure actuelle, a promis un millier de respirateurs. C’est loin d’être suffisant face à l’ampleur de la crise sanitaire.

Pour aider le pays, Renault, Peugeot et Citroën ont décidé de diversifier leur production. Du côté de Renault, tout d’abord, la rapidité avec laquelle l’entreprise a déployé sa technologie est assez épatante. Le constructeur espère lancer la fabrication dans son usine de Guyancourt dès la fin de semaine ! Pour PSA, ça s’annonce plus compliqué en raison des tensions syndicales.

Renault en mode Formule 1

Comment Renault a pu se reconvertir aussi vite dans la production de respirateurs artificiels ? La marque au losange s’est appuyée sur ses partenaires traditionnels : Michelin a créé les joints, Microelectronics s’est penché sur les cartes électroniques, l’expertise technologique a été enrichie sous les conseils de l’équipe de Formule 1 de Renault. C’est tout le groupe qui s’est mis en ordre de marche pour que la fabrication de 350 respirateurs puisse être lancée en quelques jours. La production sera amplifiée par la suite.

Chez PSA (Peugeot-Citroën), le lancement devrait être perturbé en raison de la fronde syndicale. En effet, les principaux acteurs syndicaux refusent la remise en route des usines, faisant de la protection des salariés et des mesures de prévention sanitaire une priorité. Selon eux, la production des respirateurs artificiels est un prétexte pour relancer celle des voitures.