En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Sécurité routière : la vitesse excessive impliquée dans 1 accident sur 3

A l’occasion de la 4ème semaine de la sécurité routière mondiale des Nations Unies, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) publie une étude suggérant qu’un accident de la route sur 3 a pour origine une vitesse excessive.

Excès de vitesse

Le bilan mondial de la mortalité routière est de 1,25 million de décès chaque année et l’excès de vitesse serait un des principaux coupables. En effet, un récent rapport de l’OMS établit que « la vitesse excessive ou inadaptée contribue à un décès sur 3 dus aux accidents de la route dans le monde ». L’Organisation précise que les accidents de la route demeurent la 1ère cause de mortalité chez les jeunes de 15 à 29 ans.

« La vitesse est au cœur du problème mondial des accidents de la route », relève le Directeur général de l’OMS, le Dr Margaret Chan. « Si les pays s’occupaient uniquement de ce risque principal, ils engrangeraient bientôt les bénéfices de routes plus sûres, que ce soit en termes de vies sauvées ou de recours à la marche et au vélo, avec des effets profonds et durables sur la santé ».

En France, d’après les chiffres de la Sécurité routière, 28,8% des Français reconnaissent ne pas respecter les limitations de vitesse. 57% d’entre eux le font car il pensent que la route le permet.

Une semaine de prévention mondiale

Du 8 au 14 mai 2017, les Nations Unies organisent la 4ème Semaine de la sécurité routière mondiale. L’occasion de mettre l’accent sur « les dangers de la vitesse et sur les mesures qui peuvent contribuer à réduire le nombre de décès et de blessés, victimes d’accidents de la route », indique un communiqué.

Les Nations Unies, tout comme l’OMS, souhaitent mettre en avant des mesures de gestion de la vitesse pour réduire le taux de mortalité sur les routes :

  • Construire des routes ou modifier les routes existantes pour ralentir le trafic (ronds-points, ralentisseurs…) ;
  • Mettre en place des limitations de vitesse adaptées à la fonction de chaque route ;
  • Faire respecter les limitations de vitesse au moyen de contrôles manuels ou automatiques ;
  • Équiper les véhicules de technologies embarquées (adaptateurs de vitesse intelligents, freinage d’urgence autonome…) ;
  • Mieux sensibiliser aux dangers de la vitesse au volant.