En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Des sanctions plus sévères contre l’utilisation du téléphone au volant

L’alourdissement des sanctions pour les personnes qui utilisent leur téléphone au volant pourrait entrer en vigueur prochainement. Les conducteurs encourraient une suspension de permis de 3 mois.

homme voiture téléphone

Le gouvernement devrait officialiser aujourd’hui la baisse de la limitation de vitesse sur les routes départementales, mais également d’autres mesures, comme l’alourdissement des sanctions pour les personnes utilisant leur téléphone au volant.

Jusque-là, conduire avec le téléphone à la main ou en portant à l’oreille un dispositif audio (écouteurs, oreillettes, casque…) était passible d’une amende de 135€ et d’un retrait de 3 points sur le permis de conduire. La sanction encourue pour cette infraction sera désormais plus sévère : le conducteur pris en train de conduire en téléphonant pourrait voir son permis suspendu pour une durée de 3 mois.

Des chiffres alarmants

Utiliser son téléphone au volant multiplie par 3 le risque d’accident,  selon les chiffres de la Sécurité routière. En France, près d’1 accident corporel sur 10 serait par ailleurs lié à l’usage du téléphone au volant. Cette nouvelle mesure dissuasive a donc pour but de faire évoluer les comportements, alors qu’une personne sur deux déclare qu’il lui arrive d’utiliser son téléphone en conduisant.

Les assurances auto sanctionnent aussi les conducteurs utilisant leur téléphone au volant. En cas d’accident ayant causé un dommage, l’usage du téléphone est considéré comme une circonstance aggravante. Les compagnies peuvent donc pénaliser les assurés, que ce soit en augmentant le montant des franchises ou la prime d’assurance, en majorant leur coefficient de bonus-malus ou en résiliant le contrat dans les cas les plus graves.