En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Près d’un Européen sur 2 utilise son téléphone au volant

Selon l’Observatoire européen de la mobilité, 46% des Européens déclarent utiliser leur téléphone au volant. Pour autant, les conducteurs sont quasiment unanimes sur la dangerosité de cet acte. De ce fait, la prévention et les sanctions s’accentuent, notamment en France. 

Téléphone au volant

Cette mauvaise habitude semble donc toucher toute l’Europe. Selon le 1er Observatoire européen de la mobilité réalisé par l’Automobile Club Association, 47% des conducteurs européens interrogés utilisent leur téléphone au volant. Ce chiffre est proche de celui observé en France (43%) par le baromètre « Usages du smartphone au volant » réalisé par la Fondation Maif-IFSTTAR.

Pour autant, les conducteurs estiment à 97% que cette utilisation du téléphone est dangereuse au volant. Malgré les campagnes de prévention, ce problème demeure aujourd’hui préoccupant d’autant plus que le nombre d’infractions et d’accidents ne cesse de croître chaque année. Pour rappel, cette utilisation multiplie les risques par 3.

Des sanctions plus dures en France

Pour autant, les pays européens continuent la lutte contre l’utilisation du téléphone par les automobilistes. En France, les pouvoirs publics réfléchissent aujourd’hui à un alourdissement des sanctions. Les conducteurs en infraction pourraient encourir une suspension de permis jusqu’à 6 mois en plus de l’amende de 135€ et du retrait de 3 points.

Pour aller plus loin, la jurisprudence a même augmenté cette tolérance zéro. Désormais, téléphoner au volant, même à l’arrêt et avec le moteur coupé est interdit selon la Cour de cassation. La Sécurité routière compte accentuer ses efforts dans la prévention alors que les autres pays européens semblent encore tâtonner sur le sujet.