En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Auto : 70% des conducteurs utilisent leur téléphone en conduisant

70% des automobilistes reconnaissent utiliser leur téléphone au volant, d’après une étude récente d’Axa Prévention. Un problème de sécurité routière qui est encore plus important chez les jeunes.

téléphone au volant

Le smartphone est devenu un véritable fléau sur les routes : c’est ce qui ressort du dernier baromètre sur le comportement des Français sur les routes – Axa Prévention. Selon cette étude, 70% des automobilistes reconnaissent utiliser leur mobile au volant. Chez les jeunes, ce chiffre est encore plus élevé et atteint les 83%.

Dans le détail :

  • 46% des automobilistes utilisent leur téléphone au volant pour passer des appels ;
  • 1 conducteur sur 4 envoie ou lit des SMS ;
  • 1 conducteur sur 2 reconnaît avoir l’œil rivé au GPS de son smartphone ou à un autre « distracteur ».

La place du téléphone au volant n’a cessé de s’accroître ces dernières années. En 2004, lors de la première édition du Baromètre Axa Prévention, seuls 22% des conducteurs reconnaissaient l’utiliser au volant.

Un problème difficile à endiguer

D’après les chiffres de la Sécurité routière, le téléphone est en cause dans au moins 1 accident de la route sur 10. Chaque jour, 800 infractions liées à cet usage sont constatées par les forces de l’ordre. En revanche, la conduite après avoir consommé de l’alcool est quant à elle en recul. En 2004, 19% des sondés déclaraient conduire après avoir bu 4 ou 5 verres d’alcool, contre 6% en 2019.

« En quinze ans, les diverses actions de répression et de prévention ont permis de faire baisser le nombre d’excès de vitesse et d’alcool au volant », explique Eric Lemaire, président d’Axa Prévention au journal Le Parisien. « Les problèmes engendrés par le téléphone au volant, alors que la quasi-totalité de la population en est équipée, sont beaucoup plus difficiles à endiguer car c’est un outil dont il est très difficile de se passer ».