En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Prévention routière : les maux qui gênent la conduite

Jihane Bensouda - mis à jour le

En tant que conducteur ou futur conducteur, vous devez savoir qu’un certain nombre de petites affections peuvent perturber votre conduite. De la prise de certains médicaments au port de lunettes en passant par des maux de gorge ou encore de la toux, les petits soucis de santé peuvent avoir un impact réel sur votre manière de conduire et ipso facto sur votre sécurité.

Votre comparateur d’assurance auto LeLynx.fr propose donc de vous informer davantage sur ce qui peut troubler votre conduite, les façons d’y remédier et les règles à respecter pour être en conformité à la loi.

Médicaments, toux, troubles de la vue: les impacts sur la conduite

Le site de l’association Prévention routière nous informe avant toute chose qu’en France «contrairement à d’autres pays, l’obtention ou le maintien du permis de conduire auto (B) ou moto (A, A1) n’est pas soumis à une visite médicale systématique. Une fois obtenu, le permis de conduire est valable sans limite temporelle.»

Ce qui ne dispense en aucun cas le conducteur de prendre toutes les mesures nécessaires pour s’assurer qu’il est en bonne santé pour prendre la route, condition sine qua non à sa propre sécurité, celle de ses passagers et celle des autres usagers de la route.

Ainsi, parmi les affections qui peuvent gêner la conduite, on peut d’ores et déjà citer:

  • Les troubles de la vue: si vous portez des lunettes de vue, il vous appartient d’aller consulter votre ophtalmo régulièrement afin de surveiller votre vue. Il vous faut également vérifier le bon entretien des parties vitrées de votre véhicule (pare-brise, rétro, vitres latérales);
  • Toux, maux de gorge, état grippal: parfois, même un petit rhume peut perturber votre conduite. Il est donc nécessaire si vous toussez, si vous êtes fiévreux ou encore si votre gorge vous fait souffrir, de prendre le temps de faire des pauses, voire de passer le volant;
  • Prise de médicaments: soyez particulièrement vigilant si vous prenez des médicaments et que vous souhaitez prendre le volant. Aujourd’hui, toutes les boites de médicaments comportent un pictogramme vous informant du niveau de danger que la prise du médicament induit sur la conduite d’un véhicule.

pictogramme-medicaments

 

Le non-respect des mentions inscrites au permis est passible de 135€ d’amende

En vertu de l’article R221-1 du code de la Route, «Le fait de conduire un véhicule sans respecter les conditions de validité ou les restrictions d’usage du permis de conduire est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe.»

Ainsi, le port de lunettes correctrices par exemple doit être lu comme une des conditions de validité ou restrictions d’usage du permis de conduire. En d’autres termes, lors de l’épreuve pratique du permis, le candidat est soumis à un test de sa vue afin de «déceler une éventuelle déficience».

S’il porte des lunettes correctrices, il doit non seulement porter ses lunettes sur la photo d’identité de son permis mais celui-ci doit en plus comporter la mention «port de verres correcteurs obligatoires.» Vous l’avez compris, en cas de contrôle, il est alors nécessaire de porter ses lunettes au volant, sous peine de s’exposer à une amende de 135€, le retrait de 3 points sur le permis ainsi que d’autres peines telles que l’immobilisation du véhicule ou la suspension du permis.

Le site Service-Public.fr fait par ailleurs savoir qu’en cas de port de lentilles ou de verres de contact, il est recommandé d’être en possession de lunettes correctrices également dans le véhicule.