En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Sécurité routière : la somnolence au volant a déjà touché un Français sur 2

Selon une enquête OpinionWay pour Optic 2000, près d’un automobiliste français sur 2 déclare avoir déjà somnolé au volant de sa voiture. Un problème majeur qui cause 25% des accidents mortels sur les autoroutes.

Baillements, paupières lourdes, raideurs dans la nuque… Ces symptômes sont les prémices de la somnolence au volant. Près d’un Français sur 2 déclare y avoir déjà été exposé selon une enquête OpinionWay pour Optic 2000 révélée jeudi. Un phénomène qui ne cesse de s’accentuer ces dernières années.

Selon l’enquête, 38% des interrogés précisent même avoir déjà eu peur de causer un accident de la route parce qu’ils étaient à deux doigts de s’endormir au volant. La conduite sur certaines heures de la journée est d’autant plus exposée à ce problème. Ainsi, les périodes de 4h à 8h et de 14h à 17h regroupent la moitié des accidents mortels liés à la somnolence.

Autoroutes et départs en vacances

Même si cette conscience des risques est exprimée, l’Observatoire interministériel de la Sécurité routière rappelle d’ailleurs que ce phénomène est à l’origine de 25% des accidents mortels sur l’autoroute. « Les longues distances parcourues sur autoroute peuvent être plus propices à la somnolence en raison de la monotonie du trajet », précise son délégué, Emmanuel Barbe.

D’autre part, les conducteurs sont plus exposés à la somnolence au volant lors des départs en vacances avec une nuit de sommeil raccourcie juste avant. « Tous les conducteurs ne respectent pas non plus le principe d’une pause toutes les deux heures, alors que conduire demande une forte concentration », ajoute également Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière.