Somnolence au volant : le café va devenir votre allié !


À l’heure du chassé-croisé entre juilletistes et aoûtiens, entre les longs trajets et les embouteillages, il va falloir tenir sur la distance ! Cela tombe bien pour les amateurs de café (et les autres) qui vont avoir une raison de plus d’en consommer ! En effet, selon une étude publiée par l’association Assurance Prévention, le café serait un allié de poids pour combattre la somnolence au volant.

Boisson chaude plébiscitée par une majorité de Français, le café renferme de nombreuses vertus. Parmi elles, celle d’aider à combattre la somnolence au volant. C’est ce qui ressort du troisième volet de l’étude « Influence de l’alimentation sur la vigilance du conducteur », menée par l’association Assurance Prévention. 

3 % des consommateurs de café concernés par une somnolence au volant au cours de l’étude

L’étude, menée par le cardiologue et nutritionniste Frédéric Saldmann ainsi que le médecin endocrinologue Fabrice Bonnet, a mobilisé 75 conducteurs à qui l’on a proposé de boire soit un « expresso décaféiné », soit un « double expresso » soit une « boisson caféinée », avant de prendre la route, via un simulateur de conduite. 

À l’issue de la session de conduite de deux heures, c’est la moitié du groupe des buveurs d’expresso décaféiné qui a subi un épisode de somnolence. Un quart des conducteurs ayant bu une boisson caféinée a fermé les yeux quelques secondes et seuls 3 % des consommateurs de double expresso ont piqué du nez ! 

« C’est une vraie découverte scientifique ! On sait qu’une majorité de Français consomme des cafés lors de leurs trajets, mais on n’était pas certains du véritable atout de cette boisson jusqu’ici », a commenté le docteur Saldmann. Celui-ci a néanmoins ajouté que le taux de caféine (à savoir 160 mg) du groupe « boisson caféinée » était le même que celui du groupe « café », de quoi se poser encore des questions sur ce qui a réellement fait la différence entre les deux groupes. 

Tout l’intérêt est désormais d’« étudier quelles molécules expliquent ce résultat, afin de savoir si les Français qui n’en boivent pas peuvent profiter de ces bénéfices grâce à d’autres boissons », a ajouté le docteur Saldmann auprès de l’AFP.

Un phénomène plus commun qu’on ne le pense

Les résultats de cette étude tombent à point nommé car, rappelons-le, la fatigue au volant est la première cause de mortalité sur les routes. Ennemi numéro 1, elle peut conduire à une conduite à risque à travers le phénomène de micro-sommeil, des courts instants durant lesquels un automobiliste a les yeux fermés. D’une durée d’une à quatre secondes, ces épisodes peuvent être fatals. 

Que l’on se rende compte : une voiture lancée à 130 km/h pendant quatre secondes peut parcourir près de 150 mètres. Véritable fléau des conducteurs, la somnolence au volant a une influence sur la vision certes, mais pas seulement : difficultés lors de la prise de décision et défaut de mémoire à court terme font partie des conséquences immédiates de cet état pouvant mener à des drames. 

Somnolence au volant vitesse

Prenez les devants !

Face à la somnolence, un seul mot d’ordre : la pause ! Qu’elle prenne la forme d’une sieste ou d’une marche de quelques minutes, celle-ci vous permettra de reprendre vos esprits et de vous remettre d’aplomb pour la fin de votre trajet. Il est recommandé de faire une pause toutes les deux heures, ou moins, si l’envie s’en fait ressentir.  

Une chose est sûre, le café fait bien partie de ces boissons permettant de combattre la fatigue au volant, à condition toutefois de ne pas miser que sur ce breuvage pour faire bonne route. Le café « ne compense pas le manque de sommeil », avertit Stéphane Pénet. 

Surveillez également votre consommation de café car son abus est déconseillé, notamment en raison d’un risque de maladie cardiovasculaire accru. À ce sujet, l’Agence européenne pour la sécurité des aliments (EFSA) recommande de ne pas dépasser les 400 mg de caféine par jour pour un adulte en bonne santé.

Avant de prendre la route des vacances, assurez-vous, entre autres : 

  • d’avoir une bonne nuit de sommeil et de vous étirer de temps à autre ;
  • de ne pas faire de repas trop copieux
  • de vous hydrater régulièrement.
Cet article vous a-t-il été utile ?