En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Auto : quel menu idéal pour éviter la somnolence au volant ?

Selon une étude, ce que vous mangez avant de prendre la route a toute son importance. Certains aliments peuvent aider les automobilistes à être plus vigilants au volant.

Avant de prendre le volant, le contenu de l’assiette a toute son importance, car certains aliments peuvent aider à lutter contre la somnolence. C’est ce que révèle l’étude « Bien manger pour mieux conduire », publiée par Assurance Prévention jeudi 9 juillet. On y apprend que pour être bien concentré au volant, le repas idéal doit comprendre :

  • Un index glycémique le plus bas possible ;
  • Des aliments qui ne demandent pas un gros effort digestif ;
  • Des goûts qui peuvent éveiller : l’amertume et l’acidité.

Assurance Prévention donne même un exemple concret. Le menu optimal du conducteur attentif pourrait ainsi être composé de concombres ou de radis en entrée, de poisson blanc accompagné de lentilles en plat et de kiwi et d’un carré de chocolat à 90% en dessert. Côté boisson, on privilégie bien sûr l’eau, à consommer sans modération.

La somnolence au volant est la 1ère cause de mortalité sur autoroute. Outre la nutrition du conducteur, elle peut aussi être due au manque de sommeil ou à la consommation d’alcool et de certains médicaments.

Vigilance identique à la conduite à jeun

Les auteurs de l’étude ont demandé à 70 conducteurs, âgés de 23 à 70 ans, de consommer ce repas idéal avant de s’installer dans un simulateur de conduite. Un capteur infrarouge a ensuite pu mesurer leur comportement et les éventuels signes de fatigue (postures, bâillements, mouvement des yeux…). Et le résultat a été concluant : « Le repas optimisé permet de conserver un état de vigilance identique » à une conduite à jeun, « avec même une amélioration du temps de freinage après le repas », selon le rapport.

Bien évidemment, manger ce repas ne dispense pas du respect des règles de prudence sur la route. Par exemple : conduire en étant reposé, éviter les heures où le risque de somnolence est le plus fort (entre 13h et 16h et entre 2h et 5h), faire des pauses toutes les 2 heures et se relayer entre conducteurs.

60% des Français ont déjà somnolé au volant
Lire l'article