En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Attestation sur smartphone : elle arrive le 6 avril !

Le ministère de l’Intérieur met en place dès lundi une attestation de déplacement numérique. Ce système permettra d’éviter les impressions sur papier… mais aussi la triche lors des contrôles.

La nouvelle appli de l'Assurance Santé

Après tergiversations, l’attestation de déplacement sur smartphone va bel et bien voir le jour. Christophe Castaner a annoncé au journal Le Parisien sa mise en place, lundi 6 avril. Ce service sera disponible via le site du ministère de l’Intérieur, et non pas via une application, comme cela avait été évoqué au début du confinement.

Pour ceux qui n’ont pas d’imprimante sous la main, cette nouveauté est un soulagement. Christophe Castaner explique : « On pourra éditer le formulaire, depuis son smartphone, afin de le présenter aux policiers grâce à un QR Code ». Pourquoi cette attestation n’arrive que maintenant ? Tout simplement parce que les précédentes versions proposées n’étaient pas assez solides face au risque de piratage des données.

Même formulaire que l’attestation papier

Cette attestation sur smartphone comporte donc plusieurs avantages : un système sans collecte de données, sans contact entre le policier et la personne contrôlée, mais aussi la possibilité de scanner le code à travers la vitre d’une voiture. Les informations seront exactement les mêmes que celles demandées sur l’attestation papier.

Les infractions au Code de la route et leurs sanctions
Lire l'article

Ce nouveau système présente davantage de simplicité pour certains, par exemple les jeunes. Mais attention, il ne permet pas les petites tricheries. En effet, les policiers et gendarmes pourront voir l’heure de remplissage du formulaire. Selon Christophe Castaner, « cela évitera que des personnes remplissent l’attestation uniquement à la vue d’un contrôle de police ». Si tenté que les tricheurs quittent le papier pour le numérique…