En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Les comportements à risque perdurent sur les trajets professionnels

A l’occasion des journées de la sécurité routière au travail, plusieurs associations ont étudié le comportement des automobilistes dans le cadre professionnel. Somnolence, usage du téléphone, vitesse… les comportements à risque sont tenaces.

homme voiture téléphone

Les Journées de la sécurité routière au travail ont lieu cette semaine (14-18 mai 2018). Pour l’occasion, l’association Prévention Routière et l’ASFA (Association des sociétés françaises d’autoroutes) publient leur baromètre sur l’évolution des comportements des automobilistes lors des trajets domicile-travail et des déplacements professionnels. Bilan : des progrès ont été enregistrés en 5 ans, mais les comportements à risque perdurent.

En cause notamment :

  • La somnolence au volant, qui touche tout particulièrement les conducteurs en déplacement professionnel longue distance. 62% d’entre eux affirment « avoir déjà lutté contre le sommeil » sur autoroute. Non moins inquiétant, 42% des automobilistes ont aussi été confrontés à cette situation sur un trajet domicile-travail ;
  • Les excès de vitesse, 45% des conducteurs « reconnaissant rouler au-delà des vitesses limites sur autoroutes ».

L’usage du téléphone au volant

Une autre source de comportement à risque demeure l’usage du téléphone au volant. Les conducteurs utilisent encore trop leur smartphone, que ce soit lors de déplacements (68%) ou de trajets domicile-travail (71%). 29% déclarent aussi lire des SMS et 15% en envoyer.

Par ailleurs, l’étude montre que la prévention du risque routier en entreprise est encore « trop peu répandue ». Aujourd’hui, seules 18% des entreprises se déclarent engagées dans une démarche de prévention concernant les déplacements professionnels et 12% pour les trajets domicile-travail.

Si un salarié utilise sa voiture pour les besoins de l’entreprise, il doit obligatoirement le déclarer à son assurance auto.