En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus et vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Quelques conseils utiles pour faire de l’autostop

Jihane Bensouda - mis à jour le

A la recherche d’une expérience inoubliable ou d’un tour de France à moindre coût, vous avez décidé de vous en remettre au sort et de vous déplacer en autostop selon le bon vouloir des automobilistes prêts à s’arrêter sur le bord de la route pour vous avancer de quelques kilomètres jusqu’à la destination rêvée.

Votre comparateur d’assurance voiture LeLynx.fr endosse son sac et part avec vous sur les routes faire de l’autostop !

Où faire de l’auto-stop ?

Même si l’auto-stop est synonyme de liberté, partir sur les routes pour profiter du véhicule d’un bon samaritain ne s’improvise pas totalement. Certains endroits sont plus stratégiques que d’autres pour espérer qu’une âme charitable s’arrête et vous prenne à bord. D’autres au contraire, comme le bas-côté des autoroutes sont beaucoup trop dangereux pour pratiquer l’autostop.

Si vous avez décidé de partir à l’aventure et de tenter votre chance à l’étranger, renseignez-vous avant toute chose sur les lois en vigueur dans le pays mais aussi sur la faisabilité de votre projet : si faire de l’auto-stop implique de faire confiance à autrui, ce ne doit pas être au détriment de votre sécurité. Lorsque vous planifiez votre voyage, gardez la tête sur les épaules !

Les auto-stoppeurs chevronnés vous le diront : les aires de repos ou les stations services constituent les meilleurs endroits pour trouver un chauffeur providentiel car les voitures ont le temps et l’espace de s’arrêter.

Les règles du jeu à connaître

L’auto-stop, un moyen économique de voyager. Vous rêvez de découvrir une région ou un pays ? Vos moyens financiers sont limités mais vous vous sentez l’âme d’un aventurier. L’autostop est fait pour vous.

A la façon du covoiturage, l’auto-stop est un excellent moyen de rencontrer des personnes. Le cas échéant, elles peuvent même s’improviser guides touristiques et vous donner des bons plans propres à la région que vous explorez. L’auto-stoppeur(se) doit être prêt à accepter les imprévus survenant dans son voyage.

Pancarte ou écriteau pour faire savoir où vous allez

Pour augmenter vos chances de profiter d’une place libre à bord d’une voiture ou d’un camion, écrivez lisiblement et en gros le nom de votre destination. Préférez une grande ville plutôt qu’un village inconnu.  Une fois monté dans un véhicule, vous pourrez demander des précisions sur le lieu où vous souhaitez que l’on vous dépose. Ne vous montrez pas trop exigent pour ne pas abuser de la gentillesse de l’automobiliste providentiel.

Auto-stoppeur(se), faites preuve d’audace

Une alternative à la pancarte est de s’adresser directement aux automobilistes arrêtés à un feu rouge, une station-service ou une aire de repos. Le conducteur dispose alors d’un peu de temps pour évaluer à qui il a affaire. A vous de faire bonne impression !

En tant qu’auto-stoppeur(se) redoublez de politesse. Un « bonjour » lancé avec entrain augmentera vos chances  de monter à bord d’un véhicule plutôt que de vous présenter comme un dérangement avec un « excusez-moi ».

Enfin, même si le conducteur ne prévoit pas de vous amener pile à destination, ne faites pas le ou la difficile. Dites vous que c’est toujours ça de pris et surtout, cela fait partie des aléas de l’auto-stop !

Un seul mot d’ordre : la sécurité !

Auto-stop : à 2, c’est moins risqué

Même si l’idée de se lancer à l’aventure et de dépendre du bon vouloir de conducteurs providentiels peut faire peur, les incidents arrivés à des auto-stoppeurs restent rares. Faire de l’auto-stop correspond également à un certain état d’esprit : on est en recherche de liberté, de rencontres, on fait confiance à autrui…

Ce n’est pas une raison pour être inconscient. Perdu au milieu de nulle part, personne ne sachant où vous êtes, il en va de votre sécurité. Veillez donc à respecter certaines règles de sécurité.

Évitez de faire du stop seul ou la nuit

Inutile de tenter le diable et de se mettre dans des situations à risques. Si vous êtes une femme, évitez de faire du stop toute seule. Faites vous accompagner par un ou une amie. Sinon, préférez le train.

Faire du stop tard le soir ou la nuit est à bannir. Vous ne savez pas quel type de rencontre vous pouvez faire. La visibilité la nuit étant réduite, faire du stop sur le bord de la route est d’autant plus dangereux.

Ne montez pas dans une voiture suspecte

Pris de fatigue, vous seriez prêt à monter dans n’importe quelle voiture… Si vous avez un mauvais pressentiment, fiez-vous à votre instinct et laissez passer la voiture. D’autres automobilistes finiront par s’arrêter.

Une fois assis côté passager, gardez un œil sur la route et vérifiez que le conducteur roule dans la direction voulue. Si la conduite de votre chauffeur est imprudente, n’hésitez pas à demander à descendre du véhicule.

Enfin, gardez vos bagages avec vous et évitez de dormir à bord de la voiture, surtout si vous voyagez seul.

Sans céder à la panique, il est important d’observer quelques règles de sécurité et de savoir réagir en cas d’imprévus. Un homme averti en vaut deux !