En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

40% des jeunes conduisent sous l’emprise d’alcool ou de stupéfiants

Si les jeunes conducteurs peuvent compter sur un dispositif de prévention des risques liés à la consommation d’alcool et de stupéfiants au volant, il ne semble pas les convaincre. Plus d’un tiers d’entre eux adoptent encore ces comportements à risques.

sanction conduite alcool

Sam aura beau demander de l’aide à Spiderman, il n’arrive pas toujours à sensibiliser les jeunes. En effet, 40% d’entre eux avouent avoir déjà pris le volant sous l’emprise de drogues ou d’alcool et 13% admettent même pratiquer la conduite sous emprise régulièrement, révèle une étude pour Maaf Prévention. Pour autant, 40% des jeunes n’ont jamais pris ce risque et ont toujours confié le volant à une personne désignée ou sont rentrés en taxi.

Ces jeunes sont confiants à propos de leur capacité à conduire lorsqu’ils sont sous l’emprise de la drogue ou de l’alcool mais dès qu’il s’agit d’un autre conducteur, le doute s’installe. 62% des jeunes sondés disent toujours « non » à un ami qui se propose de les raccompagner après la prise de stupéfiants alors que 30% avouent céder parfois à la tentation de se faire ramener. Les derniers 8% des jeunes, eux, acceptent toujours de monter en voiture.

Des comportements dangereux

Lorsqu’ils doivent prendre le volant, les jeunes sont 54% à faire attention à ne boire qu’un verre quand 18% des sondés avouent boire 3 verres ou plus. Une tendance dangereuse qui serait la 1ere cause d’accidentalité sur la route pour les 18/24 ans.

L’année dernière, la Sécurité routière a annoncé que 600 personnes de 18 à 24 ans ont perdu la vie sur la route et 24% des jeunes ayant provoqué un accident étaient en état d’alcoolémie. C’est pourquoi la Sécurité routière tente d’instaurer dans les mœurs la pratique du conducteur sobre et responsable, que seulement 1 jeune sur 2 avoue appliquer.