Sécurité routière : les vendeurs d’alcool devront proposer des éthylotests dès le 1er juillet

Dans un communiqué de presse publié mercredi, la Sécurité routière a annoncé l’obligation pour les débits de boissons alcoolisées de proposer également à la vente des éthylotests à leurs clients automobilistes dès le 1er juillet prochain.

C’est un nouveau dispositif pour endiguer le phénomène de l’alcool au volant. La Sécurité routière a annoncé mercredi dans un communiqué « l’obligation de mise à la vente d’éthylotests dans les débits de boissons alcoolisées à emporter et en ligne à partir du 1er juillet ». Cette mesure va toucher près de 50 000 exploitants, cavistes, hypermarchés, supermarchés et épiceries en France.

Ces éthylotests (entre 10 ou 25 unités minimum) devront donc être présentés à proximité du rayon des boissons alcoolisées ou des caisses pour que les clients puissent clairement les voir. Les vendeurs concernés auront ici 3 mois pour se plier à cette obligation qui concerne au minimum l’auto-dépistage d’alcoolémie chimique, voire en complément des éthylotests électroniques.

La sensibilisation contre l’alcool au volant
Lire l'article

Des obligations d’affichage

Par ailleurs, ces débits de boisson « devront également respecter une obligation d’information sur l’importance de l’auto-dépistage », précise la Sécurité routière. Plusieurs affichages devraient donc être présentés par les vendeurs : une de prévention et une autre précisant l’emplacement des éthylotests. Pour les acteurs en ligne, une bannière fixe devra être visible en permanence.

En cas de non-respect d’une des dispositions de cette mesure, les contrevenants s’exposent à une amende de 4ème classe, d’un montant de 675€ pouvant aller jusqu’à 1 875€ en cas de majoration. Pour rappel, la limite actuelle est de 0,25 milligrammes d’alcool par litre d’air expiré et de 0,10 mg/L d’air expiré pour les permis probatoires.