En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Les éthylotests anti-démarrage (EAD)

  • Jusqu'à 75 devis d'assurance auto comparés en 5 minutes.
  • 325€ d'économies en moyenne* pour les mêmes garanties.

Innovation de la Sécurité routière, l’éthylotest anti-démarrage (EAD) a été mis à l’épreuve dans plusieurs départements français avant d’être étendu sur tout le territoire. Il a pour but de lutter contre l’alcool au volant.

Qu’est-ce que l’éthylotests anti-démarrage (EAD) ?

Depuis décembre 2016, l’éthylotest anti-démarrage (EAD) a été mis en place en France afin d’analyser l’air expulsé par un automobiliste avant de prendre le volant. Contrairement aux modèles classiques, l’EAD est directement connecté au système de démarrage du véhicule.

Dans ce sens, si cet éthylotest analyse que l’automobiliste a eu une consommation d’alcool supérieure à la limite autorisée par le Code de la route, alors le véhicule ne peut pas démarrer. Pour rappel, cette limite est de 0,1 mg/L pour les jeunes conducteurs et 0,25 mg/L pour les plus expérimentés.

Comment fonctionne l’éthylotest anti-démarrage ?

L’EAD est équipé d’un éthylotest électronique et d’un système anti-démarrage. Une fois que le conducteur veut mettre en route son véhicule, l’EAD va alors lui demander de souffler dans l’équipement afin d’analyser son taux d’alcoolémie.

Deux solutions sont alors observées :

  • si le taux d’alcoolémie est inférieur au taux maximum autorisé, alors la voiture démarrera ;
  • si le taux d’alcoolémie est supérieur au taux maximum, le système anti-démarrage s’enclenche empêchant le véhicule de démarrer.

Si le véhicule démarre

Par la suite, si le véhicule a démarré, le conducteur va devoir réaliser un second souffle dans les 20 minutes suivantes. S’il ne l’effectue pas, le système anti-démarrage bloque le véhicule si celui-ci est arrêté plus de 10s. Vous devez alors vous faire remorquer vers l’atelier d’un installateur agréé.

Cependant, si vous réalisez le second souffle, moteur à l’arrêt et que votre taux d’alcool ne dépasse pas la limite, vous pourrez rouler tranquillement. Cependant, si ce n’est pas le cas, le dispositif empêche le redémarrage.

Alcool au volant d'une voiture

Qui doit équiper son véhicule d’un EAD ?

Ce type d’éthylotest peut être installé dans votre véhicule comme une option lors de l’achat ou peut être ajouté par la suite si vous le désirez. Notez néanmoins que le coût de son installation est en moyenne d’environ 1 300€ à l’achat ou 100€ en location, entièrement à votre charge.

Notez que le professionnel vous installant un EAD doit être agréé par la préfecture !

Cependant, certains automobilistes ont l’obligation d’en posséder un sur décision du préfet comme alternative à la suspension de permis de conduire ou au retrait de permis pendant 5 ans. Dans les cas suivants :

  • Pour les automobilistes ayant commis un délit sous l’emprise de l’alcool ;
  • Pour les automobilistes ayant commis un délit en état d’ivresse manifeste ;
  • Pour les automobilistes ayant commis un délit de fuite suite à un accident ;
  • Pour les automobilistes ayant commis un homicide ou des blessures involontaires sous l’emprise de l’alcool.

Quelle sanctions en cas de non-respect de cette obligation ?

En cas de non-respect de cette obligation d’installer un EAD dans son véhicule, l’automobiliste s’expose à 2 ans de prison ferme, une amende de 4 500€ et une annulation du permis de conduire pouvant atteindre 3 ans ou une interdiction de conduire jusqu’à 5 ans.

Cet article vous a-t-il été utile ?