En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Sécurité routière : la mortalité en hausse de 8,9% en novembre 2017

Si la mortalité sur les routes est en hausse de 8,9% au mois de novembre, le nombre d’accidents et de personnes hospitalisées est, lui, en baisse. Des résultats en demi-teinte publiés au milieu du débat sur la limitation de la vitesse à 80km/h sur les routes nationales et départementales bidirectionnelles.

Embouteillage

D’après le rapport mensuel de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR), 281 personnes ont perdu la vie sur les routes de France métropolitaine en novembre 2017 (258 en novembre 2016). La mortalité routière a ainsi augmenté de 8,9% par rapport à l’année dernière sur le mois dernier.

Pour autant, l’organisme note que les 3 autres indicateurs de l’accidentalité routière du mois dernier sont en baisse :

  • Les accidents corporels diminuent de 1,8% (5 109 en novembre 2017 contre 5 201 en 2016) ;
  • Le nombre total de victimes, tuées ou blessées, sur les routes recule de 1,9% (6 657 en novembre 2017 contre 6 785 en 2016) ;
  • Le nombre de personnes blessées hospitalisées plus de 24 heures baisse de 6,1% (2 087 personnes hospitalisées en novembre 2017, contre 2 223 en 2016).

Limitation de la vitesse à 80 km/h

Alors que le nombre de morts sur les routes repart à la hausse en novembre après un mois d’octobre stable, les rumeurs d’une prochaine réduction de la vitesse à 80 km/h, au lieu de 90 km/h, sur les routes nationales et départementales bidirectionnelles continuent d’occuper l’actualité.

Le Premier ministre, Edouard Philippe, s’est dit ce lundi matin « favorable » à cette limitation. « Je sais que 2/3 des accidents se concentrent sur ces tronçons », a-t-il expliqué. Une concertation avec les associations, les professionnels et les élus est d’ores et déjà prévue et Edouard Philipe convoquera « le Comité interministériel de la Sécurité routière en janvier pour prendre une décision définitive ».