En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Sécurité routière : la mortalité en baisse sur les routes en mars

La mortalité routière est en chute au mois de mars 2018. Au total, 255 automobilistes ont perdu la vie sur les routes et 5315 personnes ont été blessées.

circulation route

L’Onisr a publié ses estimations pour le mois de mars 2018. Bilan : la période a été moins meurtrière que l’année passée en métropole. En effet, la mortalité routière est en baisse de -13,5%, avec 231 personnes décédées, soit 36 de moins qu’en mars 2017. Les autres indicateurs de l’accidentalité enregistrent également un recul important :

  • -18,6% pour les accidents corporels (4019 contre 4947 en mars 2017) ;
  • -17,5% pour le nombre de personnes blessées (5074 contre 6152 en 2017) ;
  • -28,4% pour les hospitalisations de plus de 24h (1559 contre 2176 en 2017).

A noter que la mortalité routière est également en baisse à l’échelle du 1er trimestre 2018. Entre janvier et mars, les autorités ont en effet enregistré -6,1% de décès en moins par rapport à la même période en 2017. Cela représente 44 vies épargnées.

Stabilité en Outre-mer

En Outre-mer, les statistiques demeurent relativement stables. La Sécurité routière relève 24 décès sur les routes, soit 2 de moins qu’en mars 2017. En revanche, le nombre d’accidents corporels est en hausse et grimpe à 207, tandis que le nombre de personnes blessées diminue (241), tout comme celui de personnes hospitalisées plus de 24h (96).

Les chiffres de mars ont de quoi redonner de l’optimisme, après un mois de février plus sombre, marqué par une hausse de +5,9% de la mortalité routière. Reste à savoir si la tendance se poursuivra et si l’abaissement de la limitation de vitesse de 90 à 80 km/h sur les routes secondaires y contribuera.