En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Sécurité routière : 2018 a été l’année la moins meurtrière sur les routes

Record historique pour la mortalité routière : 3 259 personnes ont perdu la vie en 2019, soit 5,5% de moins qu’en 2017. Le Premier ministre en a également profité pour tirer un premier bilan de la réforme des 80 km/h.

securite routiere

2018, ou l’année la moins meurtrière de l’histoire de la sécurité routière. Selon les estimations provisoires de l’ONISR (Observatoire interministériel de la sécurité routière), 3 259 ont perdu la vie sur les routes en France métropolitaine l’année dernière. Cela représente une baisse de 5,5% par rapport à 2017 et de 0,3% par rapport à 2013, qui était jusqu’alors la meilleure année de référence.

Comme le rapporte la Sécurité routière, tous les indicateurs sont à la baisse en 2018 :

  • les accidents corporels ont diminué de 4,8% (soit 2 813 accidents en moins) ;
  • le nombre de personnes blessées a reculé de 24,8% (soit 6 868 personnes de moins).

Quant à la baisse de la mortalité, elle profite à tous les usagers : -6,7% pour les automobilistes, -4% pour les deux-roues motorisés, -3,5% pour les cyclistes, -1,9% pour les piétons et -5,9% pour les camionneurs.

securite routiere

Source : Onisr

L’effet des 80 km/h ?

Lundi 28 janvier, Edouard Philippe a également apporté d’autres résultats encourageants, à savoir ceux du bilan de l’abaissement à 80 km/h de la vitesse sur les routes secondaires sans séparateur. D’après le rapport, 116 vies ont été épargnées au second semestre 2018 sur le réseau concerné par la baisse de vitesse. Un chiffre qui aurait même pu être plus élevé sans les dégradations de radars automatiques de novembre et décembre derniers.

Reste à savoir quel sera l’avenir de la mesure. Edouard Philippe a jugé « légitime de discuter du sujet dans le grand débat national » mais ajoute qu’il « serait fou d’abaisser le niveau d’ambition ». Le sujet demeure pourtant particulièrement sensible et de nombreux élus locaux appellent à des limitations au cas par cas selon les territoires.