En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Sécurité routière : légère baisse de la mortalité en 2017

Le bilan de la mortalité routière de 2017 est tombé. Avec 3 693 décès, les chiffres sont à la baisse, une première depuis trois ans.

circulation routière

Un peu moins de morts sur les routes : tel est le bilan de l’ONISR (Observatoire national interministériel pour la sécurité routière) pour 2017. L’année passée, 3 693 personnes ont trouvé la mort sur les routes, soit un recul de -1,2% par rapport à 2016. Dans le détail, 3 456 personnes sont décédées en métropole (-0,6%) et 237 en Outre-mer (-9%).

Pour autant, le gouvernement ne crie pas victoire trop vite. Cette légère baisse masque une hausse des accidents corporels (+2%), des personnes blessées (+2%) et des personnes hospitalisées plus de 24h (+1,8%). Par ailleurs, les piétons sont les seuls usagers pour lesquels la mortalité routière a diminué (-13%). Elle a en effet augmenté pour les motocyclistes (+9%), les cyclistes (+6%) et les automobilistes (+1%).

Des mesures adaptées pour 2018

D’après le rapport, les accidents mortels s’expliquent par 3 facteurs principaux :

  • Une vitesse excessive ou inadaptée ;
  • La surconsommation d’alcool ;
  • Le non-respect des règles de priorité, notamment en agglomération.

En 2018, le gouvernement entend bien agir pour que la baisse de la mortalité routière se confirme. En janvier dernier, 18 mesures ont été annoncées dans ce sens, parmi lesquelles l’abaissement de la vitesse maximale autorisée de 90 à 80 km/h sur les routes secondaires. Objectif : sauver jusqu’à 400 vies par an, et à plus long terme, passer la barre des 2 000 morts annuels sur les routes.