Sécurité routière au travail : 40% des salariés ne sont pas sensibilisés aux risques

Du 17 au 21 mai 2021 se déroulent les Journées de la sécurité routière au travail. Selon une étude Ifop pour la MMA, encore trop de comportements à risque sont identifiés sur les routes alors que les entreprises ne jouent pas forcément leur rôle sur la sensibilisation.

« Les accidents de la route sont la première cause de mortalité au travail et le risque routier conduit chaque année à 6 millions d’arrêts de travail, soit un coût de 725 millions d’euros pour les entreprises », atteste l’étude Ifop pour la MMA, publiée lundi. C’est face à ce constat que se déroulent les Journées de la sécurité routière au travail, du 17 au 21 mai.

Au total, les trajets professionnels représentent 12,5% de la mortalité routière. Les comportements à risque y sont pour beaucoup, notamment l’utilisation du téléphone au volant. Un tiers des automobilistes indiquent consulter au moins une application/un site (36%) ou leurs mails (33%). Plus largement, 7 conducteurs sur 10 passent des appels et les trois-quarts en reçoivent lors de ces trajets.

Un sujet inexistant dans certaines entreprises

L’étude révèle que « les actions de prévention restent peu fréquentes dans les entreprises ». Dans ce sens, seul un quart des personnes interrogées indiquent être sensibilisées de façon régulière sur ces risques au volant. 40% des automobilistes avouent même qu’elles sont inexistantes. Cependant, la moitié des dirigeants de TPE/PME connaissent leur responsabilité en cas d’accident, causé par un de leurs salariés.

Cette année encore, les Journées de la sécurité routière au travail vont axer leurs communications sur la sensibilisation des dirigeants, en mettant davantage en avant « l’Appel national en faveur de la Sécurité routière ». Cet outil est une charte sur laquelle figurent des engagements à prendre par les entreprises pour assurer la sécurité de leurs salariés, mais aussi de tous les usagers de la route.