En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Auto : la sanction pour refus de priorité aux piétons se durcit

La Sécurité routière a annoncé la mise en œuvre de nouvelles mesures. Désormais, le refus de priorité aux piétons coûtera 6 points aux automobilistes, contre 4 jusque-là.

refus priorite pietons

Refuser de céder le passage aux piétons coûtera désormais encore plus cher aux automobilistes. En effet, depuis le mardi 18 septembre, cette infraction entraine un retrait de 6 points sur le permis de conduire, contre 4 jusque-là.

Autre nouveauté : le refus de priorité aux piétons pourra être constaté sur place par un agent, mais également par vidéo-verbalisation. Ces décisions ont été prises lors du Comité interministériel de la Sécurité routière en janvier 2018 et ont été intégrées au Code la route cette semaine.

Renforcer la sécurité des piétons

L’objectif du gouvernement en durcissant la sanction en cas de refus de céder le passage aux piétons : renforcer la sécurité des piétons et réduire leur mortalité. Pour rappel, en 2017, 519 piétons ont perdu la vie dans des accidents de la route et 11 070 ont été blessés. Le gouvernement a par ailleurs précisé que « d’autres mesures sont en préparation pour protéger les piétons ». Elles concerneront notamment l’aménagement des passages piétons.

Dans cette lignée, le gouvernement a également annoncé que le recours aux éthylotests antidémarrage (EAD) allait prochainement être étendu. Ainsi, au 1er janvier 2019, les conducteurs interceptés avec une alcoolémie comprise entre 0,8 g/l et 1,8 g/l pourront bénéficier de ce dispositif. Ce dernier devrait permettre de mieux lutter contre la récidive d’alcool au volant.