En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Auto : un rapport accablant sur l’état des routes françaises

Le réseau routier national est en mauvais état, d’après un rapport commandé par le ministère des Transports, avec des conséquences pour la sécurité des automobilistes.

Mauvais état des routes

Les routes françaises sont loin d’être en bonne santé. C’est ce qui ressort d’un rapport commandé par le ministère des Transports à des bureaux d’études suisses, qu’a pu consulter le Journal du Dimanche. En effet, selon ces études, 17% des routes présentent un état de dégradation inquiétant et 7% des infrastructures (ponts, tunnels…) demandent des travaux de rénovation.

Des routes en mauvais état, conséquence d’un « sous-investissement chronique en matière d’entretien routier », explique le rapport. Pour entretenir correctement le réseau, il faudrait prévoir 1 milliard d’euros par an pendant 20 ans. C’est bien plus que le budget actuel du gouvernement, qui avait prévu d’investir 800 millions d’euros par an entre 2018 et 2023.

Dangers pour les automobilistes

L’état des routes a une influence directe sur la sécurité des automobilistes. En effet, comme le rappelle Pierre Chasseray, délégué général de l’association 40 millions d’automobilistes, « 47% des accidents de la route mettent en cause la qualité ou l’entretien des infrastructures routières ».

La situation n’est toutefois pas une découverte. En effet, l’association avait déjà tiré la sonnette d’alarme en 2015, en lançant une opération « J’ai mal à ma route ». L’objectif : encourager les automobilistes à signaler les routes dangereuses et sensibiliser les pouvoirs publics sur cette question. D’après le rapport, si rien n’est fait, 61% du réseau sera endommagé d’ici 2037.