En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Plan transport : l’Etat va investir pour l’entretien du réseau routier

Le gouvernement a dévoilé sa feuille de route pour les transports dans les années à venir. Plus de 13 milliards d’euros vont être investis, dont une part importante consacrée au réseau routier et autoroutier.

reseau routes

Elisabeth Borne, ministre chargée des Transports, a annoncé mardi 11 septembre que l’Etat allait investir 13,4 milliards de dollars pour les infrastructures de transports existantes sur la période 2018-2022, et plus de 14 milliards pour les années suivantes. Une part importante de cette somme (38%) sera consacrée à l’entretien des 12 000 kilomètres de routes et autoroutes à la charge de l’Etat.

Le gouvernement investit davantage pour le réseau routier : 800 000 millions d’euros ont été prévus pour 2018, contre 670 millions d’euros en moyenne lors des 10 dernières années. Cette somme pourrait même atteindre les 850 millions d’euros dès 2020.

Mieux entretenir les routes

Des investissements financiers nécessaires, avant tout pour entretenir le réseau. Comme l’expliquait dernièrement à BFMTV Philippe Duron, le président du Conseil d’Orientation des Infrastructures, « une des choses importantes, c’est de remettre à niveau les réseaux d’infrastructures existants ». D’après un rapport paru en juillet dernier, 17% des routes et 7% des infrastructures (ponts, tunnels) présenteraient un état de dégradation inquiétant.

L’entretien des réseaux et la sécurité des automobilistes demeurent donc la priorité du gouvernement. Des travaux de désenclavement de certaines zones rurales pourraient aussi être entrepris. A noter que le plan du gouvernement concerne aussi le rail, qui bénéficiera d’investissements conséquents, et les transports fluviaux.