En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Sécurité routière : 248 personnes tuées sur les routes en mai

L’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) enregistre un recul de la mortalité automobile de 7,5%.

accident de voiture

Les chiffres de l’ONISR en matière de mortalité routière ont été publiés récemment. Le nombre de personnes tuées sur les routes est en décroissance par rapport à 2018 : -7,5%. Au total, on compte 248 décès, soit 20 morts en moins. Si l’on prend en compte les cinq mois de l’année 2019, le bilan est de -0,7%, soit neuf vies épargnées.

L’année 2018 avait enregistré une mortalité routière historiquement basse (3 248 tués). L’année 2019 avait inversé la tendance avec une hausse assez marquée (+7,3%). Le gouvernement avait déploré « un relâchement des comportements induit par les radars détruits ». Emmanuel Barbe, délégué à la sécurité routière, a jugé que les chiffres de mai seraient encore meilleurs sans les radars endommagés.

Moins d’accidents, moins de blessés

Autre motif d’optimisme : le recul du nombre de blessés sur la route. En mai, 5 826 personnes ont été blessées, soit -6,9% par rapport à 2018 et 429 personnes de moins. Le nombre d’accidents corporels est lui aussi en diminution (-4,7%), avec un total de 4 644 collisions.

Emmanuel Barbe y voit les derniers soubresauts de « l’effet 80km/h », pourtant difficile à quantifier, surtout que l’ONISR ne distingue pas les types de voies dans lesquels ont lieu les accidents. Le journal Le Parisien affirme comme le gouvernement que la limitation à 80km/h a sauvé des vies l’année dernière. Quoiqu’il en soit, les ponts de mai n’ont pas eu le mauvais effet escompté.