En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus et vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Astuces et solutions pour combattre le mal des transports

Jihane Bensouda - mis à jour le

Les juilletistes prennent le chemin du retour et c’est aux aoutiens de se mettre en route pour les vacances. Pour ceux qui souffrent du mal des transports, les longs trajets en voiture, en train, en avion ou en bateau vont s’avérer pénibles. Cette sensation de malaise et de mal au cœur est très désagréable mais vous pouvez l’éviter.

Votre comparateur d’assurance auto LeLynx.fr partage avec vous les astuces de prévention et les solutions de traitement regroupées par Autoplus dans son n° 1352 du vendredi 1er août.

Comprendre le mal des transports

Le mal des transports, bien que bénin, touche près de 3 millions de personnes en France, majoritairement des femmes et des enfants. Pourquoi cette sensation de nausée arrive-t-elle juste au moment où il ne faut pas? C’est dû à un déséquilibre entre les signaux qu’envoient l’oreille interne et la vision au cerveau.

Lorsque vous êtes dans l’habitacle d’un véhicule en mouvement, votre vision dit au cerveau que vous êtes immobile parce que la notion de mobilité passe inaperçue, tandis que l’oreille interne signale qu’il y a mouvement.

A l’inverse vous pouvez vous voir bouger alors que votre oreille interne dit que le corps est immobile, par exemple quand vous êtes à quai dans un train et que celui sur l’autre voie démarre, vous avez l’impression que c’est votre train qui s’éloigne alors que ce n’est pas le cas.

Mal des transports

Donc, la vision et l’oreille interne vont envoyer des messages différents au cerveau et celui-ci sera incapable de juger ce qui se passe réellement. Ce déséquilibre va causer la cinétose appelée familièrement le mal des transports qui entraînera nausées et vomissements.

D’autres facteurs peuvent contribuer au mal des transports tels que la chaleur, les bruits du véhicule, les odeurs (tabac, mazout…) ou tout simplement le fait d’avoir peur d’être malade qui finit par provoquer les nausées.

Prévenir les effets du mal des transports

Avant d’opter pour des solutions médicamenteuses, il existe des méthodes préventives avant de vous mettre en route. Ne rien donner à manger à votre enfant pour éviter les arrêts d’urgences n’est pas une solution car même avec un estomac vide, il vomira de la bile. Un repas léger, sans produits laitiers ou matières grasses, devrait être plus adapté pour un long trajet. Faire boire des boissons pétillantes aux enfants peut être efficace pour certains mais pas pour d’autres.

Evitez la console de jeux, les livres et autres activités qui leur feront adopter une posture tête baissée vers le sol. Privilégiez des jeux pour les encourager à regarder dehors et découvrir le paysage. Prévoyez tout de même des sacs vomitoires et du matériel pour nettoyer les imprévus, mais aussi de l’eau pour aider les enfants à se réhydrater.

Pour un agréable voyage pour toute la famille, débarrassez-vous du cendrier rempli et de toute autre source de mauvaise odeur dans l’habitacle. Si vous parfumez l’intérieur de la voiture, choisissez des senteurs fraîches car les bouchons sous le soleil peuvent être pénibles avec des senteurs qui piquent les narines.

Au volant, adoptez une conduite régulière en évitant de freiner et d’accélérer afin de réduire les sensations de balancement sur les routes sinueuses et cahoteuses.

Prenez le volant si vous le pouvez car vous sentirez moins la route en étant concentré sur le trajet et les manœuvres à effectuer. Et enfin, si l’enfant est en âge, l’asseoir au siège passager à l’avant pour qu’il voie la route peut lui éviter de tomber malade.

Les alternatives thérapeutiques

Les recettes de grand-mère que vous pouvez essayer sont les feuilles de menthe à mâcher ou à boire en infusion avant votre voyage. Un peu plus acide, manger un quartier de citron ou diluer le jus pressé dans un peu d’eau avant de le boire.

Autoplus nous recommande le bouquet de persil que l’on noue autour du cou mais reste à trouver comment convaincre un gamin de ne pas l’enlever et pour les adultes, comment concilier fraîcheur et glamour…

persil2

Les solutions médicamenteuses que recommande Autoplus:

  • Les bracelets d’acupression à porter autour des poignets. Ces bracelets stimulent le point d’acupuncture à l’intérieur du poignet et fait disparaître la nausée;
  • Les comprimés de Cocculine;
  • En forme de sirop, le NausiCalm si vous n’aimez pas les cachets.

Autre solution ingénieuse: les lunettes Boarding Ring. Ces lunettes comportent quatre anneaux dans lesquels un liquide bouge au moindre mouvement, un peu comme l’outil à niveau qu’utilisent les maçons. Ainsi, vos yeux comprennent qu’il y a du mouvement et s’accordent avec l’oreille interne pour envoyer le bon message au cerveau. Donc, plus de conflits sensoriels, plus de nausées, mais comme toutes les lunettes, c’est un peu cher. Comptez 55 € pour la paire.

Sur les forums de discussion en ligne, les internautes rivalisent d’imagination. Parmi la cascade de bonnes astuces, on peut notamment lire: prendre des bonbons au gingembre, humer de l’huile essentielle de menthe poivrée (une petite goute à la base des narines ça marche aussi) ou encore une tige d’allumettes dans la bouche façon Lucky Luke.