En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Hausse continue de la mortalité routière depuis janvier

Au premier trimestre 2019, le nombre d’automobilistes morts sur la route a augmenté de 9,3%. Piétons et cyclistes sont particulièrement exposés.

Les automobilistes roulent mieux mais la mortalité routière augmente.

En mars, la Sécurité Routière a enregistré une nouvelle hausse de la mortalité sur les routes (+7,3%), soit 250 personnes disparues. Le chiffre ne cesse de croître : +3,9% en janvier et +17% en février. La hausse sur le premier trimestre 2019 représente un total de +9,3% par rapport à l’année dernière.

La Sécurité Routière a donc toutes les raisons de s’alarmer, avec 741 décès en 2019, et un nombre d’accidents qui s’envole. 4 416 accidents de la route ont eu lieu en mars, et 12 533 depuis le 1er janvier. Selon le ministère de l’Intérieur, les deux causes principales sont la dégradation des radars et la météo ensoleillée qui augmente la circulation.

Attention aux autoroutes

Les personnes les plus touchées par la mortalité routière sont les piétons, les cyclistes et les personnes âgées. Comparé à 2018, le nombre de piétons décédés est passé de 110 à 134 ; celui des seniors de 170 à 212 et enfin celui des cyclistes a plus que doublé, de 22 à 46.

L’analyse du type de voie où ont lieu les accidents permet de constater un accroissement du danger sur les autoroutes. Par exemple, la moyenne de décès sur ces voies était de 51 entre 2013 et 2017, tandis qu’elle plafonne à 77 depuis le début de l’année. En agglomération aussi les chiffres gonflent, mais plus légèrement.