En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Mobilité : 66% des Français se sentiraient isolés sans leur voiture

Une étude récente montre que la voiture demeure un moyen de déplacement indispensable pour une majorité de Français. 66% d’entre eux se sentiraient isolés sans leur auto.

La voiture est plus que jamais importante dans le quotidien des Français. C’est ce que révèle une enquête Harris Interactive pour le Conseil National des Professions de l’Automobile (CNPA) et France Bleu, publiée jeudi 5 mars. Ainsi, pour une large majorité, la voiture reste le moyen de transport principal et une « condition sine qua non de la vie locale ». 66% des Français déclarent d’ailleurs qu’ils se sentiraient isolés sans leur véhicule.

Les Français sont en effet nombreux à utiliser la voiture comme premier moyen de transport, que ce soit pour :

  • Faire leurs courses (69%) ;
  • Rendre visite à des proches (69%) ;
  • Aller au travail (61%).

Sans surprise, c’est dans les zones rurales que la place de la voiture est la plus importante. « Dans les zones rurales, près de 80% des personnes utilisent un véhicule pour faire leurs activités et dans les zones urbaines cela concerne entre un tiers et 50% de la population », expliquait Jean-Daniel Lévy, directeur du département politique et opinion chez Harris Interactive.

Les Français ouverts à d’autres transports

S’ils avaient accès facilement à une autre option que le « tout voiture », les Français sont 68% à penser que « les transports en commun pourraient répondre à leurs besoins en termes de mobilité ». Ils plébiscitent également des solutions comme la voiture électrique (57%), le vélo (48%), le vélo électrique (46%) ou le covoiturage (47%). 

Autre enseignement de l’étude : les Français s’attendent à ce que la question de la mobilité devienne un vrai sujet de réflexion dans la politique locale. Seule 1 personne sur 2 (54%) juge que la gestion de cette problématique est actuellement satisfaisante dans sa commune. Les transports et la mobilité devaient donc avoir toute leur place dans les débats à quelques jours des élections municipales.