Comment se forme un embouteillage ?


Le dernier week-end de juillet a été marqué par un nombre impressionnant de kilomètres de bouchons. L’autoroute A7 comptabilisait ce jour-là 860 km d’embouteillage, un phénomène inhérent aux périodes de vacances estivales. Mais d’ailleurs comment se forme un embouteillage ?

Qu’est-ce qui provoque un embouteillage ?

Le point d’un départ d’un embouteillage peut être multiple et peut parfois résulter d’un seul conducteur :

  • Un accident de la route ;
  • Un conducteur qui ralentit en détectant un objet sur la route ;
  • Un changement de fil ;
  • Un virage trop serré ;
  • Un automobiliste nerveux, aux manœuvres dangereuses ;
  • Etc.

S’il existe plusieurs causes provoquant un ralentissement de la circulation, le mécanisme est similairement le même. On distingue d’ailleurs plusieurs types d’embouteillage.

Veuillez à bien vérifier l’état de votre véhicule et les garanties de votre assurance auto avant un long trajet sur la route afin de partir en vacances l’esprit tranquille !

L’embouteillage accordéon 

formation embouteillage

Afin de comprendre la formation d’un embouteillage, vous pouvez imaginer des billes au sein d’un tuyau. Si l’une des billes ralentit au moment de sa course, cela se répercute sur les billes suivantes. Progressivement, les billes ralentissent les unes après les autres, provoquant alors un bouchon.

En effet, lorsque la voiture A ralentit, le véhicule B, de derrière, freine davantage afin de ne pas percuter la voiture A, mais aussi pour respecter une certaine distance de sécurité. Le même phénomène affecte le véhicule situé derrière la voiture B, etc. C’est ce que l’on nomme l’effet accordéon ou l’embouteillage en accordéon.

Le problème de ce type d’embouteillage est son amplification. À la suite de ce phénomène, le comportement des conducteurs peut amplifier et aggraver le bouchon. C’est par exemple le cas lorsqu’un automobiliste :

  • Surréagit en effectuant une manœuvre dangereuse ;
  • Ne réagit pas assez rapidement et provoque un accident.

L’embouteillage de saturation

L’un des principaux facteurs provoquant la création d’un embouteillage est la capacité d’accueil d’une route. En effet, lorsqu’un axe n’a pas été créé pour accueillir un certain nombre de véhicules, les bouchons se forment très rapidement. C’est malheureusement le lot quotidien des habitants des agglomérations.  

Ainsi, dès lors que la capacité d’accueil de la route est faible et que la densité du trafic est forte, un embouteillage de saturation apparaît. En cette période d’été, les embouteillages sont légion. Durant les chassés-croisés, des milliers de véhicules se retrouvent au même moment sur les mêmes axes routiers et forment alors des bouchons.

La vitesse de quelques véhicules peut également amplifier ce type d’embouteillage. Lorsque plusieurs conducteurs effectuent un excès de vitesse, ils finissent par ralentir notamment pour respecter une certaine distance de sécurité et éviter un accident. Cela aura pour effet d’obliger les automobilistes de derrière à ralentir et ainsi de suite, jusqu’à créer un bouchon, appelé embouteillage de saturation.

L’embouteillage de curiosité

Un trafic dense, une météo capricieuse, un comportement à risque… Les accidents de la route sont malheureusement quotidiens. Lorsqu’ils se produisent sur une voie rapide, ils s’avèrent dangereux non seulement pour l’accidenté, mais également pour les autres automobilistes.

Par ailleurs, les accidents routiers sont source de curiosité. Par conséquent les autres conducteurs, qui se situent parfois sur la voie opposée, ralentissent afin de regarder. Un comportement qui peut alors créer un bouchon.

Peut-on réduire les embouteillages ?

réduire les embouteillages

S’il n’existe pas de solutions miracles pour réduire les embouteillages, à part s’armer de patience, quelques comportements peuvent fluidifier le trafic : 

  • Respecter les distances de sécurité afin d’éviter les freinages brusques et ainsi réduire les risques d’accident ;
  • Résister à l’envie de changer de voie au risque de créer de nouveaux ralentissements ;
  • Rouler sur la voie la plus à droite, car rester sur la voie de gauche est interdit. La voie de gauche permet d’effectuer des dépassements. Par ailleurs, lorsqu’un conducteur ne dépasse pas, il ne change pas fil et ainsi diminue la création de ralentissement.

Quelles sont les villes les plus embouteillées en France ?

Selon le magazine Auto plus, Rennes était la ville la plus embouteillée de France en septembre 2021. Les Rennais ont passé de plus de 40 h au volant durant les heures de pointe dont 18 h dans les bouchons. Viennent ensuite :

  • Marseille ;
  • Bordeaux ;
  • Lyon ;
  • Toulon. 

Paris n’atteint que la 7e position avec néanmoins 15 h passées dans des embouteillages.