En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Etat des routes : leader en 2012, la France passe 18e du classement

La France a chuté de onze places en seulement un an dans le classement du meilleur réseau autoroutier du monde. L’état critique des routes est dû à un manque d’entretien.

En 2012, la France pouvait se réjouir du rapport sur la compétitivité publié par le Forum économique mondial. Elle se classait première du classement mondial sur l’état du réseau routier. Mais en 2018, elle a chuté au 7e rang. Et cette année, c’est la dégringolade, puisque les Français ont été rétrogradés à la 18e place par ce même Forum.

Au printemps 2018, la direction des infrastructures avait reçu un rapport sur l’état des 12 000km de routes et autoroutes sous la gestion de l’Etat. Elisabeth Borne avait alors admis devant les sénateurs « l’état critique du réseau » public, qui capte plus d’un tiers du trafic global en France.

« 50% des surfaces sont à renouveler »

L’Observatoire national des routes (ONR) a également dévoilé un rapport sur l’entretien des réseaux. Sur les routes départementales, l’âge moyen d’une voie est de 13 ans, mais à part quelques réseaux renouvelés tous les 10 ou 11 ans, il existe de nombreuses routes entretenues tous les 23 ans. Sur le réseau national, même constat : un renouvellement annuel de 5% des chaussées, soit une mise à neuf tous les 25 ans.

« Notre sous-investissement a été manifeste, avait déclaré Elisabeth Borne en 2018. 50% des surfaces sont à renouveler. » La fédération des industriels de la route alerte sur l’importance de l’entretien : au bout de 10 ans, les fissures peuvent apparaître. Au bout de 15 ans, des arrachements et des déformations affectent la chaussée. Une enveloppe d’un milliard a été débloquée et les premiers investissements auront lieu cette année.