En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Le député Djebbari propose de renationaliser les autoroutes

L’élu de la majorité Jean-Baptiste Djebbari veut créer une société publique de gestion des autoroutes. L’Elysée pense que cette idée aura un bon impact pour les automobilistes.

autoroute-voitures

Après son projet de privatisation d’Aéroports de Paris et de la Française des Jeux, le gouvernement veut montrer qu’il ne brade pas tous les fleurons du pays. On apprend ainsi dans Le Figaro que le député LREM Jean-Baptiste Djebbari souhaite créer une société 100% détenue par l’Etat pour assurer la gestion et l’exploitation des autoroutes françaises. Le but : soulager le prix payé pour y circuler.

L’élu juge que les citoyens « ont le sentiment que les sociétés d’autoroute se goinfrent sur leur dos ». Et ce sentiment, qui est surtout une réalité de fait, devrait durer jusqu’à la fin du contrat de concession, c’est-à-dire 2032 puis 2036. Donc pas de renationalisation prévue avant cette date. Alexis Kohler, secrétaire général de l’Elysée, juge l’idée de son parlementaire « pas con » selon les sources du Figaro.

Transports : l’Etat doit aider les territoires

La société que veut mettre sur pied le député Djebbari pourrait emprunter jusqu’à 600 millions d’euros par an, dès 2020. Cette somme serait débloquée grâce à la promesse des recettes futures que l’Etat tirerait des péages. L’élu d’En Marche ne s’arrête pas en si bon chemin puisqu’il veut étendre cette idée à d’autres infrastructures dont le pays a besoin dans les territoires reculés.

Selon la proposition de Jean-Baptiste Djebbari, ce sont les régions qui emprunteraient auprès de la société publique. Elles paieraient une location sur les concessions d’autoroute appartenant à l’Etat français. Un projet qui aura le mérite de rouvrir la boîte de Pandore de la privatisation des autoroutes, longtemps sujet à polémique.