En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Mortalité routière : les cyclistes principales victimes en avril

Les chiffres de la Sécurité routière montrent que le nombre de morts en auto est en net recul au moins d’avril 2019. Mais pour les vélos, c’est le contraire.

Circuler à vélo en ville

La mortalité routière est en baisse en avril : -16,9%. Une diminution historique qui met fin à trois mois consécutifs de hausse. Le mois dernier, il y a eu 48 morts de moins qu’en avril 2018. Cela n’empêche pas l’année actuelle d’enregistrer une augmentation de 1,1% par rapport à l’année dernière.

La Sécurité routière, organe du ministère de l’Intérieur, a déclaré que le recul de la mortalité routière était dû à la limitation à 80km/h. Une lecture assez difficile à argumenter, que les associations d’automobilistes comme les élus locaux contestent fermement. La fin des 90km/h aurait épargné « 127 vies » au deuxième semestre 2018.

Source : Sécurité routière

Vélos : un triste record de 10 ans

La Sécurité routière se félicite du recul de mortalité des automobilistes (-12%) mais pointe un autre problème : la hausse des décès de cyclistes. 22 d’entre eux ont trouvé la mort sur les routes en avril, soit « la plus forte mortalité enregistrée pour un mois d’avril depuis dix ans ».

L’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) rappelle que les accidents corporels ont reculé de 5,5% (259 accidents de moins qu’en avril 2018), ainsi que le nombre de blessés de 5,3% (312 blessés de moins). Le nombre de disparus sur les routes des territoires d’outre-mer, lui, est en augmentation.