Courtoisie au volant, pourquoi est-ce essentiel de garder son calme ?

Alors qu’une semaine internationale lui est consacrée du 17 au 25 mars, la courtoisie est mise en avant afin de sensibiliser les conducteurs automobiles aux incivilités au volant. Un moyen de réduire indirectement les risques d’accidents de la route.

Homme énervé au volant

Quelques injures, gestes déplacés ou coups de klaxon… Nombreux sont les signes d’énervement des automobilistes au volant. C’est la raison pour laquelle depuis 2001, une semaine par an, la courtoisie au volant est mise en avant, sous l’impulsion de l’Association française de Prévention des Comportements au volant (AFPC).

La raison est simple : les incivilités au volant augmentent en France malgré les efforts de la Sécurité routière. D’après une étude Ipsos pour Vinci en février 2018, près de 70% des conducteurs reconnaissent qu’il leur arrive d’injurier les autres automobilistes (69%). Des débordements qui font peur à près de 9 Français sur 10 (86%).

Une sensibilisation dès l’auto-école

L’objectif principal de cet évènement est donc de sensibiliser les automobilistes mais aussi les piétons et cyclistes sur la nécessité d’améliorer leurs comportements sur les routes. En effet, les incivilités engendrent des réactions dangereuses comme des refus de priorité ou des « queues de poisson » et donc des sinistres.

Une conduite plus courtoise et plus sûre réduirait donc le risque d’infractions sur les routes en France. L’AFPC continue sa lutte pour cette 19ème édition en menant différentes actions sur les conducteurs mais aussi les auto-écoles. Pour rappel, depuis 2016, la courtoisie au volant fait partie des enseignements obligatoires dispensés aux futurs conducteurs.