En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Coronavirus : quels sont les déplacements autorisés jusqu’au 31 mars ?

Comme annoncé par le président de la République lundi soir, les Français sont contraints de limiter leurs sorties à des cas essentiels, et ce jusqu’au 31 mars 2020.

L’annonce a été suivie par près de 35 millions de Français lundi soir selon Médiamétrie. Le président de la République Emmanuel Macron a officialisé le début d’une période de confinement sur l’ensemble du territoire français. Le décret 2020-260, publié au Journal officiel ce mardi, vient détailler les déplacements autorisés mais limités au strict minimum.

« Afin de prévenir la propagation du virus covid-19, est interdit jusqu’au 31 mars 2020 le déplacement de toute personne hors de son domicile à l’exception des déplacements pour les motifs suivants, dans le respect des mesures générales de prévention de la propagation du virus et en évitant tout regroupement de personnes ». Il s’agit donc des :

  • Trajets entre le domicile et le lieu de travail ;
  • Déplacements pour effectuer des achats de première nécessité ou nécessaire à l’activité professionnelle ;
  • Déplacements pour motif de santé ;
  • Déplacements pour l’assistance des personnes vulnérables ou pour la garde d’enfants ;
  • Déplacements à l’activité physique individuelle des personnes et aux besoins des animaux de compagnie.

Une attestation de déplacement obligatoire

Cependant, en cas de sortie hors de votre domicile, il est nécessaire d’avoir sur soi « une déclaration sur l’honneur » pour  « justifier que le déplacement considéré entre dans le champ de l’une de ces exceptions », précise le texte. Il est possible de retrouver ce document sur le site du gouvernement ici.

Jusqu’ici le gouvernement n’a pas précisé quelconque restriction de circulation pour les véhicules. Néanmoins, en cas de non-respect, des conditions de ce décret, vous vous exposez à une amende forfaitaire de 38€, lors d’un contrôle par les forces de l’ordre. Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a d’ores et déjà annoncé que cette amende serait prochainement portée à 135€.