En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

En avril, pendant le confinement, la mortalité routière a chuté de 55,8%

La mortalité routière a chuté de plus de 55% en avril. Le confinement et la réduction du trafic expliquent bien sûr ce chiffre historique.

route

Avril aura été un mois de confinement complet. Et cela s’est clairement ressenti sur les routes françaises : la mortalité a été divisée par deux et a chuté de 55,8%, selon les estimations de l’ONISR (l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière). En mars, alors que le confinement avait commencé sur les deux dernières semaines du mois, la mortalité avec déjà reculé de près de 40%.

Dans le détail, en avril, 103 personnes sont décédées sur la route, soit 130 de moins qu’en avril 2019. D’autres indicateurs importants sont à la baisse :

  • Les accidents corporels ont diminué de -74% (1 099 en avril 2020 vs 4 234 en avril 2019) ;
  • Le nombre de personnes blessées a diminué de -76,5% (1 247 vs 5 297).

Chute du trafic en avril

Sans surprise, la chute de la mortalité routière est étroitement liée aux restrictions de circulation en vigueur ces dernières semaines. Le trafic a été considérablement réduit en avril, d’où des accidents moins nombreux. Selon Coyote, le trafic a baissé de 77% durant le confinement, et même davantage dans certaines agglomérations. Lorsque les Français ont pris le volant, ils ont également parcouru des distances plus courtes que d’habitude (-45%).

Une légère reprise a toutefois été constatée à partir de la deuxième quinzaine d’avril, suite à l’allocution du président Emmanuel Macron. Reste à savoir si la tendance se poursuivra en mai, alors que l’activité économique reprend mais que gouvernement a incité les entreprises à continuer le télétravail autant que possible.