En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

En 2019, les Franciliens ont perdu 163 heures dans les embouteillages

163 heures : c’est le temps qu’ont perdu les automobilistes franciliens dans les bouchons en 2019. Si Paris demeure la ville où le trafic est le plus dense, elle est suivie de près par Marseille.

Du point du vue du trafic routier, 2019 aura été une mauvaise année pour les automobilistes. C’est ce que révèle la dernière édition de l’étude TomTom Traffic Index, publiée par Le Parisien ce mercredi. Et sans surprise, les conducteurs les plus touchés sont les Franciliens. A Paris, le taux d’embouteillage moyen est passé de 36% à 39% entre 2018 et 2019.

Ainsi, l’année dernière, les Franciliens ont perdu 163 heures dans les bouchons, soit 5 heures de plus qu’en 2018. Les grèves liées au mouvement social de décembre n’ont pas arrangé les choses. La journée la plus chargée a été celle du 6 décembre, tandis que la plus fluide a été celle du 15 août.

Marseille en 2ème position

Si Paris arrive en tête de liste des villes les plus embouteillées de France, elle est suivie de près par Marseille. Dans la cité phocéenne, le taux d’embouteillage atteint les 34%. Viennent ensuite d’autres métropoles comme Bordeaux (32%), Grenoble (32%), Nice (31%) ou encore Lyon (30%).

Mais l’étude Tom Tom montre tout de même que les automobilistes français ne sont pas les plus à plaindre. Paris se trouve en 42ème position du classement. A l’échelle mondiale, les villes les plus concernées par le phénomène sont situées en Asie. Les métropoles les plus embouteillées de la planète sont Bangalore (Inde), Manille (Philippines) et Bogota (Colombie).

Les conditions de circulation sur la route
Lire l'article