En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Faut-il renationaliser les autoroutes françaises ?

Une commission d’enquête a été créée au Sénat pour réfléchir sur les concessions autoroutières. Au moment où les tarifs des péages augmentent.

autoroute

Comme chaque année au 1er février, le prix des péages autoroutiers va connaître une hausse. Les actionnaires des grands groupes privés qui gèrent les autoroutes du pays n’ont jamais fait autant de profit, ce qui pose question. Selon Caradisiac, ils auraient amassé 2,8 milliards d’euros en 2018, c’est-à-dire plus du double de leurs investissements.

Le Sénat vient de créer une commission d’enquête, composée de 21 membres, dont la mission sera de réfléchir sur « le contrôle, la régulation et l’évolution des concessions autoroutières ». Un grand bilan de la gestion privatisée qui va permettre de trancher : faut-il conserver le statu quo ou simplement revenir à une gestion par l’Etat ?

Panne sur autoroute : comment être dépanné ?
Lire l'article

Une alternative pour mieux réguler les concessions

La commission d’enquête sénatoriale aura trois études à mener : l’attribution et la négociation des concessions, l’équilibre économique (durée des contrats et tarifs des péages), et enfin les travaux réalisés sur les voies. Le Sénat, qui rendra son rapport dans six mois, ne se positionne ni pour ni contre la renationalisation, mais cherche une voie alternative qui mettrait tout de même fin au statu quo.

La question des concessions revient régulièrement depuis que celles-ci existent, en 2006. L’Autorité de la concurrence avait analysé en 2014 : « La rentabilité exceptionnelle des sociétés concessionnaires d’autoroutes historiques est assimilable à une rente, qui doit être davantage régulée en faveur de l’Etat et des usagers ». Pour l’instant, les contrats courent jusqu’aux années 2030.