En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Appel de phare : les gendarmes vous demandent d’arrêter

De nombreux messages publiés par les gendarmeries sur les réseaux sociaux affirment que cette tradition des appels de phare gêne leur action.

appel phare auto

La page Facebook nationale de la Gendarmerie a fait circuler depuis quelques jours un communiqué demandant aux automobilistes de mettre fin aux appels de phare. Les gendarmes du Rhône, eux, ont déclaré sur le même réseau social : « Lorsque vous avertissez les autres usagers de la route, vous avertissez aussi toutes les personnes recherchées par les forces de l’ordre ou ayant quelque chose à se reprocher ».  

Un appel de phare consiste, après avoir repéré les forces de l’ordre en bordure de route, à avertir les autres automobilistes en activant et éteignant plusieurs fois ses phares. Ces appels préventifs sont aussi utilisés pour signaler la présence des radars. Cette pratique n’est pas interdite par le code de la route.

Les appels compromettent la traque de malfrats

Les gendarmes n’apprécient pas du tout cette technique de solidarité, car elle peut nuire à certaines opérations. En effet, ils expliquent que les personnes sous l’emprise d’alcool et de stupéfiants, ou encore celles qui roulent sans assurance, réussiront mieux à se dissimuler. Lors de cambriolages ou d’enlèvements, ces appels de phare compromettent aussi la traque.

Le site spécialisé en automobile Caradisiac a proposé à ses lecteurs un sondage sur les appels de phare. Ainsi, au moment où l’on écrit ces lignes, 59% des sondés reconnaissaient faire des appels de phare après avoir croisé les forces de l’ordre.