En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Sécurité routière : la mortalité sur les routes se stabilise en 2016

L’ONISR (Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière) a publié les chiffres de la mortalité routière pour l’année 2016. Malgré une stabilisation rassurante, l’objectif fixé pour 2020 est loin d’être atteint.

Flash feu orange

Les campagnes de sensibilisation à la Sécurité routière fonctionneraient-elles de mieux en mieux ? Les chiffres de la mortalité routière pourraient en être le reflet. Si le nombre de morts se stabilise cette année, certaines catégories d’usagers de la route semblent privilégiées.

La plus grosse baisse de mortalité est réalisée par les cyclomotoristes et motocyclistes. Il y a eu 35 tués de moins parmi eux par rapport à l’année précédente. Majoritaires usagers de ces transports, les jeunes conducteurs ont enregistré une baisse de mortalité routière impressionnante : ils ont été 23% de moins à mourir sur la route cette année. Pour l’Observatoire, ces deux données sont corrélées : cette baisse serait due à un changement de mode de vie, les jeunes utilisant de plus en plus les transports en commun.

Une mortalité en hausse chez les piétons

Si ces chiffres sont rassurants, ils sont nuancés par la progression du nombre de morts chez les piétons. Ces derniers enregistrent une hausse de leur mortalité de 19% depuis 2015 et 20% depuis 2013. Ce sont donc 91 piétons de plus qui ont trouvé la mort sur les routes de France. Les cyclistes représentent eux aussi une population à risque, 13 cyclistes de plus qu’en 2015 sont décédés en 2016.

Les causes relevées de ces accidents ? La vitesse en grande majorité (31%), le non respect des priorités (13%), la consommation d’alcool (19%) et de stupéfiants (9%) ou encore l’inattention (8%). L’usage de téléphone quant à lui ne représente que 1% des accidents enregistrés.

Astuce Malynx !

Certaines assurances auto proposent des stages de sensibilisation à la sécurité routière. Une fois le stage passé, l’assureur peut proposer une réduction des cotisations ou une minimisation de la franchise.