En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Sécurité routière : la mortalité baisse de 8,4% en mai 2018

La mortalité routière a diminué de 8,4% en mai dernier. Le gouvernement mise sur la limitation des routes secondaires à 80 km/h pour confirmer la tendance dans les mois à venir.

securite routiere

L’Onisr (Observatoire national interministériel de la sécurité routière) a publié ses estimations pour mai 2018. Bilan : la mortalité routière a diminué le mois dernier. En métropole, 292 personnes ont perdu la vie sur les routes, soit -8,4% par rapport à la même période de 2017. Signe également encourageant, d’autres indicateurs de l’accidentalité routière sont à la baisse :

  • Le nombre d’accidents corporels a diminué de 3,8% ;
  • Le nombre de personnes blessées a diminué de 1,8% ;
  • Le nombre de personnes hospitalisées plus de 24h a chuté de 15,2%.

En revanche, dans les Outre-mer, la mortalité routière a légèrement augmenté. 20 personnes sont décédées en mai 2018, soit 4 de plus qu’en mai 2017.

Limitation à 80 km/h

Le gouvernement espère que ces chiffres encourageants se confirmeront dans les mois à venir. C’est dans cet objectif qu’a été publié le week-end dernier le décret de limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires au Journal officiel. Avec cette mesure, les autorités estiment qu’il est possible de sauver 300 à 400 vies par an.

Dès lundi, des associations d’automobilistes ont déposé un recours au Conseil d’Etat contre la limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires, qui pénaliserait selon eux les conducteurs des zones rurales. La Sécurité routière a au contraire soutenu la mesure en mai dernier, soulignant qu’en France, 63% des accidents ont lieu sur des routes « en dehors des agglomérations ».