En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Sécurité routière : la mortalité en baisse de 5% en juillet 2018

La mortalité routière a diminué de plus de 5% en métropole en juillet dernier. Un mois après l’entrée en vigueur de la limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires, les autorités se veulent prudentes.

autoroute-voitures

La tendance se poursuit. Le mois dernier, la mortalité routière a continué sa baisse, selon les estimations provisoires de l’Onisr (Observatoire national interministériel de la sécurité routière). En effet, en métropole, 324 personnes sont décédées en juillet 2018, soit 19 de moins qu’en juillet 2017 (-5,5%).

Les autres indicateurs de l’accidentalité routière sont également à la baisse :

  • -2,1% de personnes blessées (6 651 en juillet 2018 contre 6 795 en juillet 2017) ;
  • -10,5% d’hospitalisations de plus de 24h (2 469 en juillet 2018 contre 2 759 en juillet 2017).

En revanche, le nombre d’accidents affiche une légère hausse, à +0,9%.

La conséquence des 80 km/h ?

Cette baisse de la mortalité routière intervient un mois après la mise en place de la limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires sans séparateur. « On peut penser que les 80 km/h ont joué un rôle mais il faut rester extrêmement prudent », expliquait Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la Sécurité routière. Pour rappel, le recul de la mortalité routière avait déjà commencé en mai et juin dernier, avec des baisses respectives de -8,4% et -9,3%.

L’Onisr signale tout de même que si ces chiffres sont encourageants, ils concernent « essentiellement les automobilistes et les piétons ». 97 motocyclistes et 29 cyclistes sont décédés en juillet, soit l’un des plus mauvais résultats depuis 5 ans.