En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Nette baisse de la mortalité routière sur le mois d’août 2018

La mortalité routière a baissé de 15,5% en France métropolitaine au mois d’août. Un recul qui pourrait être dû à la réduction de vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires.

routes

Des chiffres plus qu’encourageants, notamment pour un mois d’août traditionnellement chargé sur les routes. Comme l’a annoncé la Sécurité routière, la mortalité routière a enregistré un net recul le mois dernier. En effet, en métropole, 251 personnes ont perdu la vie contre 297 en août 2017, ce qui représente une chute 15,5%.

Tous les autres indicateurs sont également à la baisse :

–          -3,2% d’accidents corporels (4 155 en 2018 contre 4 291 en 2017) ;

–          -2,1% de personnes blessées (5 395 contre 5 523) ;

–          -13,3% de personnes hospitalisées plus de 24h (2 082 contre 2 402).

A noter toutefois que la baisse de la mortalité routière concerne les automobilistes, les motocyclistes et les cyclomotoristes. La mortalité des piétons et des cyclistes a quant à elle augmenté sur le mois d’août.

L’effet des 80 km/h ?

La réduction de la vitesse maximale autorisée à 80km/h sur les routes sans séparateur depuis le 1er juillet a-t-elle joué un rôle dans la baisse de la mortalité routière ? S’il convient de rester prudent sur les causalités, « il n’est pas absurde de penser que cette mesure est pour partie responsable de cette baisse » explique au Parisien Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la Sécurité routière. Seule certitude : « on n’a jamais autant parlé des dangers sur la route ».

Pour rappel, la mortalité routière est en recul depuis plusieurs mois déjà en France métropolitaine : -8,4% en mai dernier, -9,3% en juin et -5,5% en juillet. Reste à savoir si cette tendance se poursuivra et si la part de responsabilité des 80km/h pourra être établie.