En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

420 milliards d’euros économisés en 15 ans grâce à la Sécurité routière

D’après une étude de la Sécurité routière relayée par Le Parisien, les mesures mises en place depuis 15 ans auraient permis de réaliser 420 milliards d’euros d’économies. 

autoroute-voitures

Port de la ceinture obligatoire, permis à points, généralisation des radars… Les mesures de sécurité routière peuvent-elles faire gagner de l’argent ? Oui, selon une étude de l’ONISR (Observatoire national interministrériel de la sécurité routière) pour Le Parisien. En 15 ans, ce ne sont pas moins de 420 milliards d’euros qui ont été économisés.

« Grâce aux mesures prises depuis 2002, la France a fait 180 milliards d’euros d’économies liées au nombre de vies sauvées sur la route et elle a aussi évité de dépenser 240 milliards d’euros liés au coût de l’hospitalisation des blessés graves et légers », détaille l’ONISR.

Méthodes de calcul

Pour parvenir à ces chiffres, les experts ont multiplié le nombre de vies sauvées en 15 ans (53 142) par le coût moyen d’une vie en France, évalué à environ 3,4 millions d’euros par le Commissariat général à la stratégie et à la prospective. A également a été pris en compte le coût d’un blessé sur la route hospitalisé après un accident, à savoir 420 000 euros (pour la prise en charge médicale, le surcoût des assurances, l’impact sur les entreprises…).

L’étude ne prend toutefois pas en compte les progrès de l’automobile et les innovations des constructeurs, qui ont aussi pu contribuer à l’amélioration de la Sécurité routière. Elle paraît alors qu’une nouvelle mesure de sécurité polémique vient d’entrer en vigueur, à savoir la réduction de la vitesse maximale autorisée à 80 km/h sur les routes secondaires sans séparateur.