En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Contrôle technique : le gouvernement lance un comparateur de prix officiel

Les automobilistes bénéficient désormais d’un comparateur de prix officiel dédié au contrôle technique. Ce projet de longue date pourrait leur permettre de réaliser des économies sur ce poste de dépense.

contrôle technique prix

Comment trouver l’endroit où payer le moins cher pour le contrôle technique de son véhicule ? Les automobilistes pourront désormais le savoir très facilement. En effet, le gouvernement lance ce jeudi 8 octobre un comparateur de prix officiel dédié. Le Parisien, qui l’a découvert en exclusivité, rapporte que ce nouvel outil compile les tarifs de 4 500 centres de contrôles.

En moyenne, il faut compter 79€ pour effectuer le contrôle technique d’une voiture diesel, 81€ pour une essence et 85€ pour une hybride. Mais de fortes disparités existent selon les localités, rapporte Le Parisien. Pour payer le moins cher, c’est à Divion (Pas-de-Calais) qu’il faut se rendre pour les essence et diesel (45€) ou à Trélissac et Terrasson-Lavilledieu (Dordogne, 46€). A contrario, la facture est particulièrement salée à Chenôve (Côte-d’or, 93,5€), à Gap (Hautes-Alpes, 91,5€) et à Mont-de-Marsan (Landes, 91,5€ pour une diesel et 87,95€ pour une essence).

Un projet de longue date

Ce projet de comparateur des prix du contrôle technique était en préparation depuis 2 ans. Durant les manifestations liées au mouvement des Gilets jaunes, la question des frais automobiles avait notamment été sur le devant de la scène. Les automobilistes ont désormais un outil fiable pour essayer de maîtriser cette dépense obligatoire. « Après quelques mois de mise en œuvre, le comparateur est aujourd’hui disponible », s’est félicité Alain Griset, le ministre en charge des TPE-PME.

Chez les professionnels, on reconnaît « une solution qui a le mérite d’exister », mais on garde un œil critique. Laurent Palmier, président du réseau Securitest, regrette notamment que « l’Etat incite les automobilistes à faire 30 km pour gagner 3 ou 4 euros. D’autant que les tarifs renseignés ne sont pas mis à jour en cas de réduction ». Reste à savoir si les automobilistes s’empareront de cet outil.