En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Les Français sont en majorité contre le nouveau contrôle technique

Selon un récent sondage, 62% des Français se disent contre la réforme du nouveau contrôle technique, effectif à partir du 20 mai prochain. Un rejet des nouvelles règles qui s’étend sur d’autres mesures.

Contrôle technique

Les critiques risquent de s’intensifier dans les prochains jours. Ainsi, à quelques jours de la mise en place du nouveau contrôle technique, une grande majorité des Français se disent contre la réforme. 62% d’entre eux expriment une opinion négative et près d’un tiers se disent même très défavorables à la mesure, selon un sondage Allianz.

Signe que la réforme inquiète les Français, plus de la moitié d’entre eux (57%) connaissent assez bien voire même très bien les principales caractéristiques de ce changement. Pour autant, l’application de la mesure ne va pas changer les habitudes des conducteurs puisqu’il est obligatoire pour toutes les voitures en circulation.

Les nouvelles réglementations ne font pas l’unanimité

Pour rappel, à partir du 20 mai, le contrôle technique sera plus strict. Les points de vérification ont été augmentés à 132 au lieu de 123 auparavant. Le laps de temps pour effectuer les réparations a été réduit à 24h. L’objectif de la Sécurité routière est ici de favoriser un meilleur entretien des véhicules pour réduire le nombre de voitures dangereuses sur les routes.

Au niveau des nouveautés législatives, le sondage d’Allianz démontre que la réduction de la limitation de vitesse à 80km/h sur les routes secondaires est encore plus décriée par les Français. Les trois-quarts (76%) des sondés sont contre. Mais les péages à l’entrée des villes font encore mieux, 77% des automobilistes y sont opposés.