En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Auto : près de 560 000 voitures ont échappé au contrôle technique en 2019

En 2019, près de 560 000 autos n’ont pas été soumises à un contrôle technique. Un phénomène qui n’est pas sans danger pour la sécurité des automobilistes, s’inquiètent les professionnels du secteur.

contrôle technique prix

Les Français bouderaient-ils les centres de contrôle technique ? Comme l’a révélé le Journal de l’Auto, en 2019, environ 560 000 véhicules n’ont pas passé de contrôle technique alors qu’ils auraient dû le faire.

Les centres s’inquiètent d’une baisse de leur activité. « Au mois d’août, notre activité a baissé de 15%, et en septembre, octobre, novembre, le nombre de visites était toujours en baisse de 7 à 8% », expliquait Laurent Palmier, PDG du réseau Sécuritest, à BFMTV. Mais c’est aussi la sécurité des automobilistes qui est pointée du doigt. Selon le CNPA (Conseil national des professionnels de l’automobile), au minimum 10 000 voitures présentant un danger direct n’ont pas été présentées au contrôle technique cette année.

Plusieurs facteurs explicatifs

Comment expliquer ce chiffre record ? Il existe bien sûr toujours des retardataires, qui ont oublié leur contrôle technique. Mais « les proportions actuelles sont anormalement élevées », selon Karine Bonnet, présidente du réseau Dekra. D’autres facteurs peuvent expliquer le phénomène : le succès de la prime à la conversion en 2018, mais aussi les annonces du gouvernement en fin d’année dernière. Le durcissement du contrôle technique avait en effet été reporté de 6 mois, ce qui a créé un certain flou pour les automobilistes.

Pour pallier le problème, les professionnels du secteur demandent aux autorités qu’un fichier national des automobilistes qui doivent se présenter au contrôle technique soit mis à leur disposition. L’objectif n’est pas la « dénonciation d’infraction », comme le souligne Karine Bonet, mais bien de « sensibiliser sur les risques » que peuvent impliquer des véhicules non contrôlés.