Auto : qu’est-ce qui change pour les conducteurs en 2022 ?

La nouvelle année apporte son lot de nouveautés dans bien des domaines et l’auto n’y échappe pas ! Malus, radars, péages… Les changements ne manquent pas ! LeLynx.fr fait le point sur ce que vous devez savoir en tant que conducteur pour 2022.

Auto qu'est-ce qui change conducteurs en 2022

Auto et moto : les radars anti-bruit de sortie 

Ils étaient présentés comme marginaux l’année passée, ils deviendront de plus en plus visibles cette année. Les radars anti-bruit feront de plus en plus leur apparition sur les routes de France et feront partie des quelques 4 700 dispositifs disséminés sur tout le territoire. Placés en hauteur dans plusieurs villes, ils auront pour mission d’identifier les véhicules les plus bruyants, équipés de leur caméra et de 5 micros. Très discrets, se fondant dans le paysage urbain, il sera probablement difficile d’y échapper… 

Les radars pourront également identifier les véhicules dont le contrôle technique n’est pas à jour, alors gare à ne pas l’oublier !

Le malus lié aux émissions de CO2 et au poids

Une nouvelle grille de malus CO2 sera appliquée pour les véhicules neufs qui dépasseraient un certain seuil d’émission de CO2 au km. Il vous faudra désormais vous tourner vers un véhicule émettant maximum 128 grammes de CO2/km (contre 133 g l’année dernière). Sachez que cette somme peut atteindre les 40 000 euros au maximum (contre 30 000 € auparavant) pour les véhicules dépassant les 222 g de CO2 au kilomètre. Ce malus ne pourra toutefois pas représenter plus de 50 % du prix d’achat du véhicule.

Un nouveau malus au poids est appliqué à certains véhicules neufs depuis le 1er janvier 2022. Il concernera les automobilistes souhaitant faire l’achat d’un véhicule dépassant les 1 800 kg. Ce seront 10 euros par kilo en trop qui seront facturés pour ceux qui voudront tout de même en faire l’acquisition. Les familles nombreuses devraient être exemptées de cette condition, tout comme les véhicules électriques et hybrides rechargeables qui ne seront également pas concernés par ce malus.

De nouveaux forfaits d’indemnisation des sinistres auto

Le forfait IRSA (convention d’Indemnisation et de Recours entre Sociétés d’Assurance) permet d’améliorer les procédures d’indemnisation en cas de sinistre routier. Il s’agit d’un dispositif améliorant la prise en charge des automobilistes concernés par un accident de voiture à l’aune d’accords passés par les différents assureurs. Celui-ci évolue, d’1,67 % au 1er janvier et est désormais de 1 706 euros

À noter que le forfait IRSA reste forfaitaire et ne peut dépasser les 1 706 euros pour tous dommages ne dépassant pas les 6 500 euros. S’ils dépassent les 6 500 euros, le recours se fera en fonction du montant réel des dommages.

La convention IRCA (convention d’indemnisation et de recours corporel automobile) est une autre convention inter-assurance facilitant et simplifiant la gestion des légers sinistres corporels (sans séquelles) qui représentent la majorité des dossiers traités. Il baisse de 15,7 % et est de 1 254 € (1 480 € en 2021)

Enfin, le seuil d’expertise passe à 850 euros hors-taxes. Cette somme plancher correspond au montant minimum à partir duquel un expert auto serait dépêché pour engager un recours entre assureurs. Le recours à une expertise était considéré comme obligatoire à partir de 650 € HT et voit donc son plafond plancher être relevé depuis le 1er janvier.

La hausse des prix du péage

Autre mauvaise nouvelle : les péages autoroutiers vont augmenter de 2 % en moyenne sur le tout réseau payant, a annoncé le ministère des Transports. Cela est dû à différentes inflations subies par les sociétés d’autoroute en 2021. 

L’inscription en ligne au permis de conduire généralisée

S’il est possible de réserver sa place à l’examen pratique (dit de « la conduite ») du permis de conduire en ligne depuis mars 2020, il sera désormais plus facile d’obtenir (à nouveau) une date d’examen sur Internet puisque le système sera facilité et généralisé par l’État en 2022.