En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Une appli pour signaler aux piétons distraits par leur téléphone que le feu est rouge

La RATP teste actuellement AMY, une application pensée pour les piétons. Elle les avertit lorsqu’ils sont distraits par leur smartphone et s’apprêtent à traverser alors que le feu est rouge.

Pour veiller à la sécurité des piétons, la RATP a pensé à tout. Depuis le 5 mars, l’entreprise teste une nouvelle application, baptisée AMY. Son utilité : avertir les piétons distraits par leur smartphone lorsqu’un feu passe au rouge et qu’un tramway arrive. Actuellement, l’expérimentation est menée sur la ligne T6 du tramway, à l’arrêt Mairie de Vélizy.

« Une solution digitale et innovante qui utilise la technologie ultrason pour éviter des accidents aux smombies », expliquait au Parisien Benjamin Charles, chef du projet à la RATP. Le mot « smombies » vient de la contraction entre « smartphone » et « zombies » : il désigne les personnes qui ont les yeux rivés sur leur téléphone dans la rue et avancent sans faire attention à ce qui les entoure.

Comment l’application fonctionne-t-elle ?

Pour développer l’application, la RATP a installé des boîtiers reliés à des hauts parleurs et connectés aux feux rouges. Ces boîtiers émettent des ultrasons, que l’application AMY est capable de reconnaître. Lorsqu’elle en détecte, l’application avertit les piétons qui s’apprêtent à traverser, via une vibration, une alerte visuelle ou en baissant le niveau sonore de leur musique.

Si les tests sont concluants, l’application pourrait avoir de beaux jours devant elle et contribuer à pallier le problème de la sécurité des piétons en milieu urbain. L’inattention des piétons est de fait une raison courante d’accidents. « Et cela risque d’augmenter, avec des transports de plus en plus électriques, et donc moins bruyants, et une population de plus en plus connectée à son smartphone », commentait Benjamin Charles au Parisien.