En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Seniors : une visite médicale pour continuer à conduire ?

Une proposition de loi a été formulée par une députée LR, pour les automobilistes seniors. A partir de 70 ans, un certificat devra leur être fourni tous les 5 ans.

Les personnes de plus de 70 ans ne sont pas toutes aptes à la conduite. C’est ce qui a amené la députée Les Républicains (LR) de Haute-Savoie, Virginie Duby Muller, à proposer une loi encadrant la sécurité routière des personnes âgées. Sa proposition vise « à mettre en place une visite médicale de contrôle à la conduite systématique ».

Cet examen d’aptitude se déroulerait chez le médecin référent, qui vérifierait des capacités élémentaires comme la vue ou les mouvements du patient. Mais la loi ne s’arrête pas là. Une fois le certificat obtenu, les seniors devront renouveler cette visite tous les cinq ans. En cas de déficience partielle, une restriction sans interdiction pourra être décidée par le médecin.

Rattraper le retard

La France ne figure pas dans la liste des bons élèves en la matière. La mortalité des conducteurs de plus de 75 ans était quasiment 2 fois plus élevée en 2014 que pour les autres tranches d’âge. Le permis de conduire français est donné « à vie » et confie à l’automobiliste le soin de juger lui-même son état de santé. L’UE envisagerait d’ailleurs de légiférer sur le sujet, après l’instauration du permis européen en 2013.

De nombreux pays d’Europe ont déjà inscrit l’obligation du certificat médical passé un certain âge. La proposition de loi le rappelle : « Les conducteurs des Pays-Bas, de Danemark ou de Finlande doivent ainsi passer une visite médicale régulièrement à partir de 70 ans ; dès l’âge de 50 ans en Italie ou au Portugal. » Mais le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a exprimé sa désapprobation d’une telle mesure.