En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Qu’est-ce qu’un permis probatoire ?

Jihane Bensouda - mis à jour le

Avant, lorsque l’on obtenait son permis de conduire on recevait le fameux papier rose qui nous permettait d’avoir le permis définitif (du moins en cas de bonne conduite). Depuis 2004, il n’est plus possible d’obtenir directement ce permis, on doit d’abord passer par une sorte de mise à l’épreuve au travers de ce permis probatoire.

Qui est concerné par le permis probatoire?

Le permis probatoire concerne tous ceux qui obtiennent le permis pour la première fois, quelle que soit la catégorie. On l’obtient également après une annulation judiciaire ou à la suite d’une invalidation administrative par perte totale de points. Il ne s’applique qu’une seule fois, c’est à dire au premier permis que l’on passe. Par exemple, si l’on a déjà la catégorie B et qu’on passe la A, il ne s’appliquera pas à la catégorie A.

Le principe du permis probatoire

L’idée est de diminuer le nombre de points sur le permis de conduire dès le départ, pour inciter les jeunes conducteurs à respecter le code de la route et à être plus prudents.

Au lieu d’avoir un permis à 12 points, ces jeunes conducteurs n’en n’ont que 6. À partir de là, ils ne doivent commettre aucune infraction pendant leur période probatoire qui varie de 2 à 3 ans selon la méthode d’apprentissage choisie. Si le conducteur n’a aucun retrait de points à la fin de la période, son capital est porté à 12 points, en revanche s’il a des retraits de points, il garde le capital qui lui reste à la fin de la période.

Depuis 2008, pendant la période probatoire, le permis est majoré chaque année de plusieurs points. Si aucune infraction ayant donné lieu à un retrait de points n’a été commise depuis le début de la période, les titulaires seront alors crédités de 2 points supplémentaires par années de bonne conduite.